Le Laboureur et ses Enfants

Jean de La Fontaine
Camille Pissarro, La moisson, 1882
Camille Pissarro, La moisson, 1882

Travaillez, prenez de la peine :
C’est le fonds qui manque le moins.
Un riche Laboureur, sentant sa mort prochaine,
Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.
Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l’héritage
Que nous ont laissé nos parents.
Un trésor est caché dedans.
Je ne sais pas l’endroit ; mais un peu de courage
Vous le fera trouver, vous en viendrez à bout.
Remuez votre champ dès qu’on aura fait l’Oût.
Creusez, fouiller, bêchez ; ne laissez nulle place
Où la main ne passe et repasse.
Le père mort, les fils vous retournent le champ
Deçà, delà, partout ; si bien qu’au bout de l’an
Il en rapporta davantage.
D’argent, point de caché. Mais le père fut sage
De leur montrer avant sa mort
Que le travail est un trésor.

Jean de La Fontaine

Imprimer ce poème

544 commentaires sur “Le Laboureur et ses Enfants”

  1. Noah

    dit :

    Le texte est bien. Moi aussi je l’ai appris à l’école.

  2. Vautier Françoise

    dit :

    Le « trésor » est l’héritage donné par les parents ; non pas leurs biens matériels mais l’exemple des valeurs morales vécues au sein de la famille. L’exemple est le meilleur des enseignements.

  3. ANAGO TOHOUEGNON

    dit :

    BESURE Philippe:
    « Creusez, fouiller, bêchez » Pourquoi « Fouiller » avec ER

    C’est une faute.

    « Creusez, fouillez, bêchez » est la bonne forme.

    Merci

  4. AÏSSAN GILBERT CHRISTOPHE

    dit :

    Ce poème est très intéressant. Ce que j’ai récité à l’examen de certificat du premier cycle 2006.

  5. Paul iléon bisimwa

    dit :

    Ce texte me donne trop de courage.

  6. Barbara

    dit :

    Très belle récitation et très enrichissante !

  7. Yama Hitachi

    dit :

    Bonjour à vous, je voudrais savoir pourquoi, Fouiller prendre (er) tandis que les autres verbes (Creusez, Bêcher) ont été conjugués au présent de l’indicatif de la 3ème personne du pluriel ?

  8. Niakate mohamed malien vient de bakhounou bineou niakate

    dit :

    Ce pœme nous donne des idées très fortes.

  9. GWET JEAN JULES

    dit :

    Fouiller
    C’est la clé de tout trésor caché
    Et C’est un impératif futur après le décès du père.
    Fouiller
    Fouiller et
    Fouiller toujours !

  10. Bouglouga

    dit :

    Fouiller est à l’infinitif comme il peut être au deuxième personne du pluriel.

    Le texte nous fait savoir ceci: apprenner vous enfants à pêcher le poisson au-lieu de les en donner chaque jour!!!

  11. BESURE Philippe

    dit :

    « Creusez, fouiller, bêchez » Pourquoi « Fouiller » avec ER s’il vous plait? Parmi plus de 500 commentaires, je n’ai pas trouvé de réponse…

  12. jeremie ngalamulume

    dit :

    J’aime beaucoup ce poème.

  13. Gabriel

    dit :

    Gabriel, à l’est de la RD Congo. Je me souviens quand on apprenait ce précieux poème, rien de tout que j’avais détenu ! Néanmoins, quelques années plus tard, je l’ai lu et relu, et j’ai trouvé qu’il symbolise non seulement les activités champêtres en image mais c’est UN GRAND Enseignement d’unité et surtout d’Amour. En dispersion, on ne peut rien réaliser !

  14. Dieumerci Masiala

    dit :

    J’aime beaucoup cette récitation, surtout : « creusez, fouillez, bêchez; ne laissez nulle place où la main ne passe et repasse. »

  15. Pierre lawal

    dit :

    Pierre Lawal âgé de 28 ans : village natal Titila (Nord Cameroun).

    J’ai appris à réciter cet poème de Jean de la fontaine en classe de cours préparatoire. Aujourd’hui je suis tellement intéressé par ce poème car ça me fait vivre le passé quand nous travaillons dans le champ de mon père avec plein d’ardeur et de courage.

  16. Pouho GUINO

    dit :

    Il était une fois, à Gueyedé, un petit village caché dans la forêt, à la limite du Liberia, dans le Département de Toulépleu, en Côte-d’Ivoire, mon pays. Mon maître de CM1, Monsieur Joachim Atte OKOGNY, nous ouvre le livre dit de lecture et met sous nos yeux, le poème: « Le laboureur et ses enfants ». Nous, ne sachant pas lire. Il le lit et nous l’explique. Rentré de l’école le soir, je regarde assis sur un tabouret dans la cuisine. Je lui reprends le poème. Et il m’a dit ceci. Moi, je n’ai eu la chance de connaître les écritures. Ton maître vient de te donner une leçon de vie. Garde la précieusement. C’est le meilleur cadeau que tu auras reçu de cet enseignant. Aujourd’hui encore, j’ai ce poème, je dirai sur le cœur. Un grand merci à celui qui l’a pense. Un grand merci également à celui qui l’a mis dans nos livres, donc celui qui l’a publié.

  17. Colette

    dit :

    Mon frère a récité ce poème à ses enfants présents dans sa chambre au moment de sa mort. C’est pour ça que j’ai voulu le retrouver en entier. C’est émouvant.

  18. mustaffa kantė

    dit :

    Tout d’un coup, je me suis souvenu de ce poème magnifique que j’avais récité à 11 ans et qui m’a beaucoup marqué.

  19. Martine McCarthy

    dit :

    Très bien, j’adore. J’aime cette poésie depuis mon enfance.

  20. Mahamadou Sidibé

    dit :

    J’adore ce texte

  21. Jacques nlend

    dit :

    Les poètes français ont seulement traduits en langue française les poésies grecque et égyptiens. C’est la tricherie et le plagiat !

  22. *Nihouti

    dit :

    Vraiment c’est le travail qui définit l’homme dans son ensemble et le détermine

  23. Oussou Dossa Vincent

    dit :

    J’aime bien cette poésie. Le travail est le plus beau des trésors de l’homme.

  24. Maria

    dit :

    J’aime beaucoup

  25. N’guessan

    dit :

    Ce poème me retiens beaucoup. J’ai aimé.

  26. Tovidakou

    dit :

    J’ai 22 ans, ce poème me donne souvent le courage d’être abouti au travail. J’apprécie bien ce poème pour son conseil. Le travail désigne ce que l’homme est.

  27. Jl b

    dit :

    Le travail est un trésor oui.! Mais surtout pour celui qui fait travailler les autres ! Le travail est tout simplement une galère pour survivre.

  28. farid kebaili

    dit :

    Merci. Cette histoire je l’ai connue au primaire en Algérie dans les années 90. Elle est restée dans ma tête. Chapeau !

  29. Sylla

    dit :

    J’ai aimé

  30. Benoit-Glodi Masandi, Séminariste

    dit :

    Le Travail reste un trésor. Oui, le Travail hummanise l’homme, le travail valorise l’homme, le travail offre à l’homme l’immortalité d’une considérable importante dans la société. Le travail réalise ce qu’est l’homme.

  31. Simochakour

    dit :

    Que le travail est un trésor peut aussi signifier que le travail est la source la plus sure de la richesse humaine. Vraiment un texte parfait ; Oh Jean de la fontaine, tu es l’immortel, vous avez motivé une multitude de générations dans le travail.

    J’ai aujourd’hui 77 ans. J’ai mémorisé ce poème à l’école primaire. Il m’a beaucoup manqué et je rappelle de cela comme si c’était hier. J’ai appris cette fable à l’Age de 10 ans. Hommage à l’auteur Jean de la fontaine.

  32. Jean Marc Berlima

    dit :

    Plusieurs fois mon père nous a récité cette fable le soir lorsque nous mangions. Aujourd’hui j’ai 56ans et cela m’avait marqué.

  33. adiom moute

    dit :

    J’ai aujourd’hui 64 ans. J’ai mémorisé ce poème à l’école primaire, il m’a beaucoup marqué, et je me rappelle de cela comme si c’était hier.

  34. Arthur nlandu

    dit :

    J’adore cette poésie

  35. Devine Hoop Bm

    dit :

    I learnt this poem when I was in grade 6, in Congo Drc bukavu, but I unfortunately I didn’t grow up there. After completing my grade 6 I then moved to South Africa.

    Now I can’t even speak French anymore. But this poem really brings back a lot of memories with my childhood friends. God bless.

  36. Ahmed

    dit :

    Quelle Belle Fable.

  37. djamiou

    dit :

    A cause de l’homme noir mon cerveau ne pouvait pas supporter la poésie, aujourd’hui j’ai 27 je rends grâce à dieu.

  38. Mbaye thiaw

    dit :

    Je m’en souviens. J’avais 10/10 à l’examen d’entrée en 6eme. C’était beau. Aujourd’hui j’ai 36.

  39. Khalem Tahar

    dit :

    J’ai appris cette fable à l’âge de 9 ans. Aujourd’hui j’ai 70 ans, je m’en souviens toujours sans oublier les points et virgules.

  40. Hidaya Jendoubi

    dit :

    J’avais dix ans que j’ai après cette poésie et maintenant j’ai 16ans

  41. Diallo Amadou

    dit :

    J’ai 44 ans j’ai récité cette poésie à l’âge de 12 ans à l’école primaire de Sanfina mon village natal, mais je n’est jamais oublié une virgule. Hommage à l’auteur Jean de la Fontaine.

  42. Nanch bridd

    dit :

    J’avais 12 ans quand j’ai appris ce poème à l’école et maintenant j’ai 24 ans et je me souviens de mon enseignant de l’école primaire qui nous a poussé à le lire et le mémoriser par coeur. C’était un hyme national pour moi.

  43. Mikaela

    dit :

    J’avais 7 ans quand j’ai appris cette poésie. J’ai 80 ans et cette poésie est gravée dans ma mémoire. Merci Jean de Lafontaine, une leçon de courage

  44. Paul

    dit :

    Le travail ennoblit l’homme,dit-on. Dieu est aussi un travailleur. Ceci me fait comprendre qu’il faut aimer le travail. Ceux qui travaillent améliorent leurs conditions de vie. Merci cher Jean de la Fontaine.

  45. Tatiana Bele

    dit :

    J’ai bien aimé ce poème très instructif

  46. grund-grund

    dit :

    Mon grand-père de 96 ans m’a fait découvrir dernièrement ce poème, que j’ai trouvé réaliste et très intéressant. C’est à force de travail que l’on peut obtenir tout ce que l’on souhaite et même plus encore. Merci à mon papé de m’avoir fait découvrir cette fable.

  47. roger

    dit :

    J’ai 82 ans et j’ai joué ce poème en pièce de théâtre en colonie de vacances à 10 ans. Merci de l’avoir mis sur internet.

  48. Coulibaly Abdoulaye

    dit :

    Quels sont les sous thèmes qui montrent que le laboureur encourage ses enfants ?

  49. Brehima

    dit :

    J’aime cette fable de La Fontaine…

  50. Kouassi fortune

    dit :

    Je suis content de lire cette poésie

  51. Abo

    dit :

    Bonjour cette poésie est très belle mes elle a fait souffrir mon enfant

  52. Sedjro

    dit :

    Cette poésie nous montre la valeur du travail et nous donne de la force de continuer la vie

  53. Tina Dilmen

    dit :

    Quand les auteurs contribuaient à l’éducation des peuples et pas que mais de toute l’humanité, les paroles de cet homme respectueux résonnent à ce jour, le travail reste une valeur intemporelle, c’est le travail qui garde la dignité de l’homme… le français n’est pas ma langue natale mais je l’ai apprise avec ce genre texte, à 33 ans je me souviens de ce texte mot par mot.

  54. Keita

    dit :

    Hommage d’abord à l’auteur de la poésie de Jean Fontaine qui nous montre évidemment que le travail et le courage c’est le bon départ d’un homme.

  55. Mgv

    dit :

    J’aime beaucoup cette poésie.

  56. LAETITIA

    dit :

    Belle Fable

  57. Yann cedric

    dit :

    Une véritable source d’éveil, respect a l’auteur de cette oeuvre

  58. Camara

    dit :

    Une superbe poésie qui me donne la rage de continuer encore et encore

  59. akaro

    dit :

    Cette fable est cool mais on dit dans la vie de fuir l’homme qui n’aime pas le travail.

  60. Urbain KOUAKANOU

    dit :

    Il est impératif que ce poème face encore le tour des foyers. Surtout en Afrique où la jeunesse penche beaucoup plus à la facilité qu’à l’effort.

  61. Ndi Mitchell

    dit :

    Le travail est une trésor. Leçon de vie.

  62. AHMED

    dit :

    Le travail est un trésor.

  63. Josué kalengay

    dit :

    Ce fable ne pas qu’un fable pour moi il y a un réel trésor caché, c’est devenu une vraie source de motivation pour moi et je félicite l’initiateur de ce poème.

  64. CLOVIS

    dit :

    J’ai eu de la chance d’avoir à réciter, à l’école pas mal de poèmes venant de tous ces écrivains portés sur la morale etc… ça me fait chaud au coeur de lire ici tant de commentaires à partir de la francophonie plus soucieuse du risque du délabrement de la langue française. Cela dit, je reste présent t observateur de ce qui se passe sur la toile. Merci.

  65. kalivogui yakpaoro

    dit :

    Seul le travail rend la personne libre dans sa vie

  66. Maryse

    dit :

    Ma grand-mère me la récitait. Elle est née en 1899 et décédée en 1988. Je suis née en 1970. J’ai passé beaucoup de temps avec ma grand-mère. J’aimais beaucoup cette fable, d’autant plus que mes grand-parents et mes parents étaient agriculteurs. Je ne l’ai jamais étudiée à l’école mais mon fils l’a apprise au collège et j’ai réalisé que je la connaissais toujours par cœur ; ça m’a rappelé mes jeunes années. C’est formidable.

  67. Kigoyila Blaise

    dit :

    Une très bonne récitation et une leçon pour nos enfants pour palper la réalité de la vie.

  68. lol

    dit :

    Personnellemen je n’aime pas cette fable je la trouve dur a retenir et réciter. (;´༎ຶٹ༎ຶ`)

  69. Erickson

    dit :

    Cette fable peut être lue à différents niveaux de lecture.

    Ainsi, si on en reste au niveau de la lecture littérale, alors, c’est la valeur du travail qui est mise en valeur, l’oisiveté étant source de bien des maux. Je ne vais pas rappeler ce qui a été dit par d’autres.

    Maintenant, si on lit cette fable au 2e niveau de lecture (symbolique, allégorique, métaphorique etc.), on peut percevoir bien d’autres choses. Ainsi, un mot – comme « trésor » – bloque l’esprit de discernement de bien des gens qui l’assimilent automatiquement à la monnaie, à l’or … les amenant à une certitude : « il faut creuser pour le trouver ». En fait, cela nous indique qu’il ne faut pas toujours s’arrêter à l’idée qu’on se fait des choses, mais analyser les choses elles-mêmes et remettre en question ses certitudes qui nous aveuglent souvent. La « terre » qui va être retournée par ses fils, peut être cet « adamah » (mot terre en hébreu) qu’on peut traduire par « terre intérieure » à nous, que nous avons oublié de cultiver, ne privilégiant que le « moi égotique » au détriment du Soi. C’est en fait notre « Terre promise » (rappelez-vous l’histoire du peuple hébreu errant dans le désert durant 40 ans pour trouver la « Terre promise ». C’est donc le moment d’aller creuser, même avec ses mains, cette terre, car le mot « main » en hébreu, à la même racine que « Connaissance », donc, plus on creuse en nous-mêmes, plus on acquiert la Connaissance, cette vérité qui dort au fond de nous. Ainsi, celui qui cultivera sa terre intérieure, va y trouver un vrai trésor : « lui-même » ! Si le père est mort, ce sont les enfants qui vont renaître en le découvrant.

    Il y aurait bien d’autres choses à dire, mais les fables sont un bon moyen de creuser cette partie de nous-mêmes qui dort trop souvent. Notre société est celle de l’avoir et du paraître, à nous de travailler à être.

  70. Agbokou

    dit :

    Tres bon

  71. Sinyabe Jacques

    dit :

    Oui le travail n’est pas seulement un trésor caché. Mais aussi une Source de bénédiction que Dieu nous a légué. J’ai appris cela quand j’étais petit à l’école primaire vers les années 70. Maintenant j’accumule 56ans et ‘j’aime toujours le reciter’.

  72. Rahal

    dit :

    J’aî appris ce poème au cem émir Abd-el-Kader souk ahras Algérie 1976 chey professeur de français mr. Aouaidjia. Je n’ai pas oublié ce poème parce que j’habite à la campagne dans un petit village agricole appelé ain-seynour.

  73. Mouasseault

    dit :

    C’est l’une des fables de Jean de La Fontaine qui ont marqué mon enfance à l’école primaire. J’ai aimé ses vers tant dans leur forme que dans leur fond. Cette fable est aujourd’hui récitée même par un petit enfant qui ne l’a jamais étudiée dans son parcours scolaire et sert à édifier notre société.

  74. Mansouri

    dit :

    C’était dans la classe de Monsieur Salla à l’école Sigwalt de bab el oued en 1953/1954. Une récitation qui est restée gravée, à ce jour de septembre 2021.

  75. Stéphane Miracle adandjehra

    dit :

    Oui exactement

  76. Benamar jean pierre

    dit :

    Je l’ai appris à l’école communale en 1962. Aujourd’hui j’ai 73 ans est je la connais toujours par cœur, c’est la seule qui est restée gravée.

  77. Konate

    dit :

    Rika Massalia commente plus haut « apprendre ce poème est trop dur ». Mais l’auteur vous demande seulement de réfléchir et de savoir que seul le travail paie, et non les trafics en tout genre, la magouille, et la flatterie de ceux qui « ont » ou ceux qui « sont »..

  78. Themoly mak

    dit :

    Wow! J’ai eu à memoriser ce poème depuis mon école primaire vers les années 93. Je ne savais pas réellement les profondeurs de ce texte. Mais depuis que je suis adulte, travaillant pour avoir une balance dans la vie, j’ai enfin bien compris que le travail est un trésor. Un peu du courage vous le fera trouver. Un père sage ne se souci pas de laisser l’argent à ses fils, mais le travail.

  79. Dégbègni Eufrème la paix

    dit :

    Cette fable de La Fontaine est une leçon que tout apprenant doit apprendre parce que ça nous éduque à travers nos capacités.

  80. Djedje

    dit :

    C’est vraiment une source d’inspiration et leur père fût vraiment Sage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.