Poetica, des poèmes d’avenir, du présent, du passé...


Nous classons les poèmes par thème et par auteur. Utilisez les menus pour trouver ceux qui vous intéressent.
Sélection : poèmes à la une

Hiver

Claude Monet, Boulevard Saint-Denis, Argenteuil, en hiver, 1875
Claude Monet, Boulevard Saint-Denis, Argenteuil, en hiver, 1875

Main dans la main marchent
la neige et le silence
Du monde lavé
de ses souillures
s’élève le chant
le plus pur
Les hommes prennent
un étrange bain
d’innocence
Ils échangent leurs cœurs
boules de candeur
que leurs rires illuminent
Voyez comme ici-bas
la fraternité a bonne mine
Il suffit de peu
que deux amoureux
main dans la main
regardent en silence
tomber la neige
de leur enfance

Kamal Zerdoumi, 2018

Sélection : poèmes à la une

En hiver

Le sol trempé se gerce aux froidures premières,
La neige blanche essaime au loin ses duvets blancs,
Et met, au bord des toits et des chaumes branlants,
Des coussinets de laine irisés de lumières.

Passent dans les champs nus les plaintes coutumières,
A travers le désert des silences dolents,
Où de grands corbeaux lourds abattent leurs vols lents
Et s’en viennent de faim rôder près des chaumières.

Mais depuis que le ciel de gris s’était couvert,
Dans la ferme riait une gaieté d’hiver,
On s’assemblait en rond autour du foyer rouge,

Et l’amour s’éveillait, le soir, de gars à gouge,
Au bouillonnement gras et siffleur, du brassin
Qui grouillait, comme un ventre, en son chaudron d’airain.

Emile Verhaeren

Sélection : poèmes à la une

Matin d’hiver

La brume conservait un goût de rêve étrange,
Déliant la candeur des secrets de la nuit,
Elle mêlait ainsi le soleil et l’ennui
Sous le voile infini de son aile d’archange ;

Déliant la candeur des secrets de la nuit
La neige regardait l’étoile ou le nuage,
Pâle comme un soupir, triste comme un naufrage,
Elle mêlait ainsi le soleil et l’ennui ;

La neige regardait l’étoile ou le nuage
Lorsque je m’éveillai dans le petit matin
Bercée par la douceur d’un rayon de satin…
Pâle comme un soupir, triste comme un naufrage.

Isabelle Callis-Sabot

Sélection : poèmes à la une

Errance captive

Ciel rouge
nuages hagards

Le migrant perdu cherche une main
le regard ébouriffé de solitude

Aucune humanité dans ce pays de rêve
du bateau meurtrier à la famine de la ville

Écarté par les hommes
il feuillette un destin qui n’est pas le sien

Oiseau meurtri par la (in)civilisation

il avale les silences
aux visages multiples
son espoir enterré dans le labyrinthe

La frontière est prête
sa vie en boomerang
volée

Sybille Rembard, 2017

Sélection : poèmes à la une

Hiver

La neige couvre tout de son fin manteau blanc
Et le décor a pris un tour étincelant.
L’absence de soleil n’est pas pour autant morne,
Les oiseaux se posant encore sur les bornes

Routières. L’air est épais, les flocons dansant
Sur lui comme des ballerines de faïence,
Donnant à l’atmosphère un visage encensant.
Le silence sied à une telle ambiance.

Kieran Wall, Poésies, 2012

Sélection : poèmes à la une

Le Chant des villes

Je m’attache aux pulsations des villes
A leur existence mouvementée
Je respire dans leurs espaces verts
Je me glisse dans leurs ruelles
J’écoute leurs peuples de partout
J’ai aimé les cités Le Caire ou bien Paris
Elles retentissent dans mes veines
Me collent à la peau

Je ne pourrai me passer
D’être foncièrement :
Urbaine.

Andrée Chedid

Poème inédit commandé par le Printemps des Poètes 2006

Sélection : poèmes à la une

En Hiver

A chaque fois que la neige tombe,
Je crois voir un ange
sur un fil transparent.
La danse de cette délicate créature
est différente chaque fois.

Toute sa blancheur,
pure et brillante,
nous entoure, il semble, pour toujours.

La pure et fine Blanche Neige,
empreintée de soleils et de lunes,
n’a pas pu voir les hommes
emportés par le vent.

Cette fée de l’hiver
n’a pas sentit l’odeur de la guerre.
Elle n’a pas eu le moment de réflechir.
Mais elle sait que son cœur, pur et jeune,
est rempli de rêves et de rimes
qu’elle n’a pas encore exprimés.

Elle commence une nouvelle année
avec un frisson du Nord dans le corps.

Chloe Douglas, 2010

Sélection : poèmes à la une

L’écho de nos silences

On s’enverra des cœurs
A remplir nos solitudes
Et des tulipes de couleurs
Comme on n’a plus l’habitude

On se réchauffera l’âme
Depuis longtemps délaissée
On s’attribuera des Palmes
Pour chacune de nos qualités

Dans le désert bleu ciel
Nos sourires en souffrances
Combleront de plus belle
L’écho de nos silences

Thomas Chaline, 2016

Sélection : poèmes à la une

Toile d’Hiver

La neige est si belle sur les arbres
lorsque s’empilent petit à petit
tous les flocons qui tombent du ciel

Tout est blanc et couleur d’écorce
et quelques oiseaux qui brillent comme des étoiles
au milieu de ce ciel de jour où le bleu est parti

Un rouge-gorge
Une mésange
Orange
virevoltent autour de la mangeoire

Et le grand pré est si blanc
Blanc
Comme une toile moelleuse
Comme une toile d’Hiver
Où les couleurs de vie
ne partiront jamais

Elodie Santos

Sélection : poèmes à la une

Il pleure dans mon coeur

Il pleure dans mon coeur
Comme il pleut sur la ville ;
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon coeur ?

Ô bruit doux de la pluie
Par terre et sur les toits !
Pour un coeur qui s’ennuie,
Ô le chant de la pluie !

Il pleure sans raison
Dans ce coeur qui s’écoeure.
Quoi ! nulle trahison ?…
Ce deuil est sans raison.

C’est bien la pire peine
De ne savoir pourquoi
Sans amour et sans haine
Mon coeur a tant de peine !

Paul Verlaine
Romances sans paroles (1874)