Vous souvient-il de l’auberge

Paul-Jean Toulet

Vous souvient-il de l’auberge
Et combien j’y fus galant ?
Vous étiez en piqué blanc :
On eût dit la Sainte Vierge.

Un chemineau navarrais
Nous joua de la guitare.
Ah ! que j’aimais la Navarre,
Et l’amour, et le vin frais.

De l’auberge dans les Landes
Je rêve, – et voudrais revoir
L’hôtesse au sombre mouchoir,
Et la glycine en guirlandes.

Paul-Jean Toulet, Chansons

Imprimer ce poème

9 commentaires sur “Vous souvient-il de l’auberge”

  1. Monrose

    dit :

    Toulet est un de nos plus grands poètes. De plus, il est très français. Comment ne pas avoir les larmes aux yeux quand on a perdu un être cher quand on lit « Le tremble est blanc » ou ne pas sourire avec :

    « Madame, qui l’eût dit que dans vos bras habite
    Amour si tristement et subie, et subite ? »

    ou encore:

    « Cette fraîcheur du soir, qu’on dirai que tamise
    Une émeraude, a fait se joindre tes genoux,
    Et tu sembles moins nue ainsi. Mais entre nous,
    Ton mari te dirait: ‘Comme vous voilà mise.' »

  2. Boyard

    dit :

    C’est quoi la date du poème ?

  3. franklin cizimya

    dit :

    Il a un talent divin !

  4. qqn

    dit :

    Je n’ai pas bien compris mais c’est beau.

  5. jcV

    dit :

    C’est un poème assez pauvre digne d’un adolescent…

  6. annick tirache

    dit :

    Excellent comme toujours du Paul-Jean Toulet que j’aime

  7. djelloul

    dit :

    Trés beau poème

  8. Gianfranco

    dit :

    J’aime beaucoup ce poème. Il me rappelle l’époque où j’étais très jeune.

  9. belle

    dit :

    En faite j’adore ce jeu de mots coquins…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *