Brumes de parcs

Francis Etienne Sicard

Pointillé d’or,
votre parole
trace,
à l’envers,
le cercle
de mes mains,
sur le soleil
couché
à l’ombre
de vos doigts.

Y-a t’il un rêve
dont la suave sève
vaille que l’on vieillisse
sans valise,
ni valse,
sans salive
ni liasse ?

Or,
telle la Sybille de Delphes,
à foison,
vous répandez
le verbe obscur
qui habite mes caves,
puis
vous glissez
enfin
entre mes cils éteints.

Francis Etienne Sicard, 2010

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *