L’Accolade

Esther Granek

Ne s’aimant pas,
pourtant voyez :
Par-devant toute l’assemblée
attentive et si éduquée,
l’accolade ils vont se donner,
en chaleureux gestes de bras,
en face-à-face de coeurs glacés,
en relents de hargnes rentrées.
Applaudissez !

Esther Granek, et réflexions à ma façon, 1978

Imprimer ce poème

3 commentaires sur “L’Accolade”

  1. Danaide

    dit :

    Apprendre l’humilité… une leçon de vie avec ce poème qui interpelle… respect aussi.

  2. IMBERT

    dit :

    Quelle actualité ! respect également…

  3. iffig

    dit :

    Que de vérités en ces quelques lignes…Respect

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *