Les Courtisans

Esther Granek

Ça se faufile à pas glissants,
Les courtisans.
Ça vous parle si humblement.
Ça s’interpose à tout moment.
À tout moment, les courtisans,
Ça se faufile à pas glissants.

Ça sourit d’un air compassé,
Les courtisans.
Tête penchée, le cou rentré
Et la bouche en cul-de-poulet.
Cul-de-poulet, les courtisans.
Ça rit d’un ton acidulé.

Ils ont la face du moment,
Les courtisans.
Quand face est noire, pile sera blanc
Ou le contraire, commodément.
Commodément, les courtisans,
Ils ont la face du moment.

C’est si pur et c’est si décent,
Les courtisans.
C’est bien parfois un peu changeant.
Côté jardin, ça fait manant.
Ça fait manant, les courtisans.
Mais côté cour, c’est l’adjudant.

Car ça sait aussi péter sec,
Les courtisans.
Ça change de manières en cinq sec.
De cette façon, y’a pas d’échec.
Y’a pas d’échec, les courtisans.
Car ça sait aussi péter sec.

Ça se faufile à pas glissants…

Esther Granek, Portraits et chansons sans retouches, 1976

Imprimer ce poème

2 commentaires sur “Les Courtisans”

  1. NNN

    dit :

    J’adore ce poème! Ca me fait penser à beaucoup de choses… à ces gens qui sont comme des courtisans… hypocrites, degueulase…

  2. NNN

    dit :

    J’adore ce poem!! Ca me fait penser a beaucoup de choses…. a ces gens qui sont comme des courtisans… hypocrites, degueulase…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *