Constatation

Esther Granek

Je n’ai que moi
En chaque jour
Pour accueillir l’aube nouvelle
Mais dès qu’au songe je m’attèle
Je n’ai que toi

Je n’ai que moi
Pour encaisser
De toute la vie les escarres
Mais dès qu’en rêve je m’égare
Je n’ai que toi

Je n’ai que moi
Lorsque j’épie
De l’avenir l’heure qui chante
Mais dans mes prières ardentes
Je n’ai que toi

Je n’ai que toi
Pour m’éblouir
Et pour embellir les images
Mais dès que j’ai tourné les pages
Je n’ai que moi

Esther Granek, Je cours après mon ombre, 1981

Imprimer ce poème

3 commentaires sur “Constatation”

  1. pierre sebastien le pecheur

    dit :

    Ca dépend de la structure intégrale. merci beaucoup.

  2. Charrie

    dit :

    Magnifique

  3. jojo

    dit :

    Très beau poème significatif et symbolique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *