Tambour de haine

Sybille Rembard

Jalouse et indigne
Tu m’obliges à réécrire ma vie
Tourniquet de l’esprit
Aigreur
Ta solitude ne me désespère point
Ton regard me redessine
Me déstabilise
Plénitude et manque
Vision manichéenne
Essorage.

Sybille Rembard 2002

Imprimer ce poème

2 commentaires sur “Tambour de haine”

  1. Paul lagalochedelamort

    dit :

    j’aime

  2. forsizia

    dit :

    Ce poème évoque, pour moi, les oeuvres de Jane Austin. L’image de l’essorage renvoie de toute évidence aux tourments intérieurs, existentiels et sentimentaux proto-féministes d’Elizabeth Bennet, la protagoniste de Pride and Prejudice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *