Le désert

Jules Delavigne

Coincé derrière une barrière de fer
Les jours sont longs
ici
dans ce désert.

Les loups crient chaque nuit
L’odeur des carcasses
me rend fou
Mais je reste

où je devrais.

Aujourd’hui, j’ai dix-huit ans
demain, comme toujours, j’irai chercher…
J’irai sous le ciel bleu profond
gratter la pierre avec mes doigts
jusqu’à ce que le sang coule
partout
dans le sable blanc et magnifique
de ce désert mélancolique.

Jules Delavigne, Conclusions, 2008

Imprimer ce poème

3 commentaires sur “Le désert”

  1. Mafoi

    dit :

    « carcasses » « sang » un vocabulaire pour le moins déstabilisant ma foi… On va pas se mentir ça fais peur les gens qui ont ce genre d’idées, non mais OH on est où la ? On est à Montreal pas aux favelas, calme toi mon p’tit gars.

  2. jean bréboeuf

    dit :

    oh mon dieu, c’est profond ce texte, les images sont sinistres

  3. Dany

    dit :

    Texte magnifique qui projette de belles images puissantes et troublantes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.