Les invisibles

Laetitia Sioen

Les invisibles
Dans leurs nids de poule
Les âmes égarées
Le visage masqué
Les voisins anonymes
Sont-ils en train de se noyer
Dis-moi
Que penses-tu
Qu’as-tu vu
Du loup, des leurres
À côté de leurs vies
Sous leurs yeux clos
Crois-tu qu’un jour
Ils verrons la lumière
Dans l’or du temps
Lors de l’art entrant
Ils chanteront à coup de vent
Quand les fenêtres s’ouvriront
Quand les portes s’offriront
À l’étranger qui passe
Aux âmes escarpées
À l’inconnu qui foule
Les chemins de travers
À nouveau faut-il aller
À vivre ivre faut-il bouger
À vivre libre faut-il le dire

Laetitia Sioen, 2020

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.