Migrant

Kamal Zerdoumi

Avant de partir
il a enterré les sentiments
et les rires
les bons souvenirs aussi
Il ne peut songer au pays natal
sans frémir
de dégoût
La misère l’a poussé à bout
Il est aujourd’hui debout
sur ce promontoire
son désespoir
qui surplombe
la Méditerranée
cette mer où ont sombré
tous ses frères
inconnus
ces damnés qui ont préféré
le tombeau d’un ventre vorace
à la faim et au désoeuvrement
sous leur létal soleil
et aux jours pareils
d’infernal tourment
Avant de partir
il a vomi son présent
et s’est offert en sacrifice
à l’avenir

Kamal Zerdoumi, 2021

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *