Couple

Kamal Zerdoumi

J’ai pris ta main d’écume
dans ma main de poussière
et ton œil jaune
où l’éternité s’allume
a caressé mes hivers
Le clair-obscur
de mes pensées
a goûté
à ta fougue verte
Me voilà ivre
j’en suis sûr
devant ton livre
aux vagues retournées
ces rêves insensés
par le vent
ce vieux faune
qui les mène
à leur perte
Dans ta main d’écume
devenue poussière
dans le sable assoiffé
un vivant
sur la plage…

Kamal Zerdoumi, 2020

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *