Saisons

Christine Larrieu

Le jeune Printemps, encore hésitant,
Vient te faire éclore, fragile passiflore,
Réveillant soudain, grandiose matin,
Le vol de l’essaim dans les clairs jardins.

L’Été a tissé, de ses doigts charmants,
Des champs d’or, pâlis, rêvant de couchants,
Des rayons fastueux, sous des ciels en feu,
Ô Astre précieux, dans le firmament.

L’Automne impétueux, vif et lumineux
De vives couleurs éblouit nos yeux ;
Un Impressionniste, au pinceau magique,
Qui vient dessiner œuvre poétique.

Le rageux Hiver glace lentement
Nos prés, nos étangs. Puis, tel un calice,
La neige si pâle, comme un noble lys,
Étend, doucement, son long manteau blanc.

Ainsi de nos vies : aurores éclatantes
Versant sur les prés des miroirs changeants,
Sous de clairs soleils, des rires d’enfants,
Balayés, au soir, par des vents violents.

Christine Larrieu

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Saisons”

  1. Sylvain

    dit :

    Les 4 saisons de la vie décrites avec beaucoup de légèreté et une grande beauté poétique. Magnifique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *