Parti

Guillaume de Lacoste Lareymondie

Perdue dans l’embrasure où la porte t’enferme,
Tes yeux sillaient de joie et ta bouche pleurait.
J’attendais, je partais, tout indécis et ferme,
Mais saisi par ton cœur que j’allais emporter.

J’ai ce cœur aujourd’hui
Qui bat mon cœur meurtri.
Mais que ne suis-je mort, mort plutôt que parti !

Guillaume de Lacoste Lareymondie

Imprimer ce poème

2 commentaires sur “Parti”

  1. Barbara Chine

    dit :

    Est-ce un poème sur l’horreur de la guerre? Ecris t-il qu’il préférerait être mort plutôt que parti, malgré l’amour de cette femme qui garde son coeur en vie? Malgré cet amour, il préférerait être mort? Son texte décrit mieux l’horreur qu’est la guerre qu’une photo de journaliste de guerre ou qu’un article de presse. Je l’ai déjà écrit hier, il faut que les poètes deviennent journalistes. On peut même ressortir des textes d’il y a plusieurs siècles…

  2. Léonard

    dit :

    Super jolie!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.