Parti

Guillaume de Lacoste Lareymondie

Perdue dans l’embrasure où la porte t’enferme,
Tes yeux sillaient de joie et ta bouche pleurait.
J’attendais, je partais, tout indécis et ferme,
Mais saisi par ton cœur que j’allais emporter.

J’ai ce cœur aujourd’hui
Qui bat mon cœur meurtri.
Mais que ne suis-je mort, mort plutôt que parti !

Guillaume de Lacoste Lareymondie

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *