Le chemin de l’oiseau

Sabine Sicaud

Je ne choisirai pas cette route ni l’autre
Où des oiseaux tout court ont trop chanté
À la saison des chasses.

On a trahi partout leurs souvenirs de l’Arche
Et saint François ne leur a plus parlé.

Saint Hubert, Saint Hubert :
Plumes que vent emporte ;
Plumes et feuilles mortes
Sous le ciel pommelé…

Sabine Sicaud

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *