Le chemin des veuves

Sabine Sicaud

Veuves – tant de veuves si veuves
avec ce nom créé pour elles,
avec ce noir comme preuve.

Pauvre veuve. On dit : pauvre veuve,
et c’est le malheur en série.
Ah! c’est un Dieu sourd que l’on prie.

Veuve jeune, belle peut-être,
ou vieille et seule un soir de vent.
Ah! cet arbre sous la fenêtre…

On allait dehors deux ensemble.
On savait bien peu l’un de l’autre,
mais la prière des Apôtres
brûlait peut-être dans le vent.

Quai désert. Havre dévasté.
Qui peut dire de quel moment
on est veuf pour l’éternité ?

Sabine Sicaud, Les poèmes de Sabine Sicaud, 1958 (Recueil posthume)

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *