L’Eternité

Arthur Rimbaud

Elle est retrouvée.
Quoi ? – L’Eternité.
C’est la mer allée
Avec le soleil.

Ame sentinelle,
Murmurons l’aveu
De la nuit si nulle
Et du jour en feu.

Des humains suffrages,
Des communs élans
Là tu te dégages
Et voles selon.

Puisque de vous seules,
Braises de satin,
Le Devoir s’exhale
Sans qu’on dise : enfin.

Là pas d’espérance,
Nul orietur.
Science avec patience,
Le supplice est sûr.

Elle est retrouvée.
Quoi ? – L’Eternité.
C’est la mer allée
Avec le soleil.

Arthur Rimbaud, Derniers vers

Imprimer ce poème

7 commentaires sur “L’Eternité”

  1. Oyeyemi Emmanuel

    dit :

    Peut-on me donner l’information sur l’Editeur de ce poème

  2. Natalie Penn

    dit :

    Je suis anglaise et je ne comprends pas le stanza suivant:

    Des humains suffrages,
    Des communs élans
    Là tu te dégages
    Et voles selon

    Les humains suffrages, est-ce que cela veut dire ‘les souffrances humaines’ ou est-ce qu’il décrit de la politique: est-ce qu’il s’agit de voter? Je ne comprends pas, et j’ai vu une traduction en anglais, mais ça n’a pas du sens pour moi, non plus.

    Peut-on m’aider un peu à comprendre?

    Merci bien

  3. moi

    dit :

    C’est beau !

  4. squaw

    dit :

    C’ est simple, c’ est beau et ça fait rêver d’ éternité!

  5. Nadine Lucas

    dit :

    J’aime la légèreté des pentamètres et leur fausse modestie.

  6. Alessandre

    dit :

    simple et très beau !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *