Naufragé

Kamal Zerdoumi

Il a froid il a faim il a peur
Dans sa solitude
il étreint son épave son crucifix
Il n’a pas la foi
toutefois
l’obscur en lui
peu à peu
devient lueur
Sous le fouet du vent
s’abattent des vagues
sous ses pieds
l’abîme
qui s’impatiente
avide de proies
Il n’a pas la foi
mais une Présence
étrangement
de chaleur l’inonde
malgré cette mer
et son dessein
barbare
Repenser au monde
Trop tard
entre les « muscles errants »
du reptile
sans aucun espoir d’île
ou de navire ami
Drôle de destin
de la terre ferme
au furieux désert mouvant
avec le feu-follet
du divin
paix dans l’anarchie
des éléments

Kamal Zerdoumi, 2020

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *