Là-haut vers les étoiles

Sandrine Davin

Je suis plantée, là, derrière la fenêtre.
Je suis là, seule.
Le silence frappe violemment le mur.
Tellement fort que je l’entends cogner à mes oreilles sourdes.
La pièce est sombre et exiguë.
Le souffle est court.
En regardant par la fenêtre la lune est ronde.
Enfin je crois.
Elle est un peu loin quand même.
Le balai des étoiles a commencé.
En voilà une, puis deux, trois … Une dizaine et bien plus encore.
Le contour du ciel n’a pas de limite. Je cherche un point de chute mais il n’y en pas.

Par-delà tout ça, je l’aperçois.
Grand-père, tu es là.
Ton visage vieilli est redevenu enfant.
Plus de ride juste un sourire au creux des lèvres.

Tout n’est peut-être qu’illusion
Dans le brouillard de mon être.

Sandrine Davin

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *