Demain, dès l’aube…

Victor Hugo
Régis Gonzalez, A demain Léopoldine, 2021
Régis Gonzalez, A demain, Léopoldine, 2021. Gravure édition limitée en vente dans notre Galerie d’Art

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

Victor Hugo, extrait du recueil «Les Contemplations» (1856)

Imprimer ce poème

688 commentaires sur “Demain, dès l’aube…”

  1. Iznaour

    dit :

    Il me touche cette poésie.

  2. Lafont jean

    dit :

    Touché pour toujours.

  3. Toutou

    dit :

    Victor Hugo est un monstre de la poésie, quel homme, il mérite le ballon d’or.

  4. GOBBYTHOSS MUTOMBO

    dit :

    Hugo est vraiment exceptionnel, des années plus tard il arrive toujours à inspirer. J’aurais voulu le connaître à la limite le cotoyer pour partager un poème.

  5. Fatou siga sarr

    dit :

    Victor Hugo un vrai qui a écrit ce poème touchant et appréciable mais aussi si triste . Mes mots ,mes émotions,mes tristesses ,ma haine en vers les autres tous voyagent si seulement je lis ses poèmes ou si quelqu un (e) m appelle ViCTOR HUGO

  6. Papa A. Fall

    dit :

    Quel bonheur de lire un poème de telle beauté. Merci Victor Hugo

  7. Christian LAVAL ALMERAS

    dit :

    Chez moi la campagne point ne blanchi
    Chez moi c’est la marque du temps que mes cheveux retiennent
    Chez moi la neige est dans mon cœur
    Chez moi c’est lui qui écrit
    Ces mots qui reviennent
    Encore et encore à laisser leurs traces
    Dans cette neige éternelle en moi afin que rien ne s’efface…
    Ces poèmes là sont ineffaçables!

  8. Hebert Logerie

    dit :

    Si j’ecris aujourd’hui, c’est a cause de ce poeme. Victor Hugo en est responsable. Quel mechant Poete!

  9. Maurice LEGÉNIAL

    dit :

    Yannick apprécie ce poème pareillement à des fruits au sirop. C’est merveilleux, ainsi soit il.

  10. Quentin Sury

    dit :

    Ce poème me fait penser à toutes les maladresses que la vie peut nous laisser. Il est représentatif de la tristesse que subit Victor Hugo et cela me touche.

  11. Herbillon

    dit :

    Ce poème est unique car il fait ressentir la douleur d’un père face au chagrin qui l’accable ! Le trajet qu’il doit parcourir pour rejoindre sa tombe est un chemin de croix !

  12. Omar

    dit :

    Quand je lis ce poème j’ai la nostalgie d’un événement marquant ma vie.

  13. Edouard

    dit :

    Quel est l’idée générale ? Commentez la progression du poème, qu’est-ce-que fait l’originalité du poème ? Analysez le lyrisme dans ce poème, comment V. Hugo s’adresse t-il à sa fille dans le poème ?

  14. Barthes Simone

    dit :

    Je considère Victor Hugo comme le meilleur des poètes et des écrivains. Comment ne pas pleurer en lisant ce beau poème en pensant à ceux qu’on a aime. Merci Monsieur Hugo.

  15. Fatima Zohra BOUCHAKOUR

    dit :

    Je le redécouvre à la mort de fils Kenzi survenu le 26 septembre 2022. Là, avec cette tragédie, les trois quatrains prennent tout leur sens, et le titre me résume. Chaque soir je souhaite le rejoindre. Hâte de te retrouver h’bibi. Tu manques à maman.

  16. sirice ezoun

    dit :

    Seul au bureau, au bénin, sous une forte pluie je déguste pour la première fois ce magnifique poème. Bravo Hugo, paix à ton âme, à nos revoir!

  17. Lisa bedda

    dit :

    C’est dans la simplicité et la fluidité de l’écriture que ce magnifique poète et, dramaturge, fait vibrer nos cordes sensibles… Tel que lui même le ressent. Car avant tout il est de cet humain qui tire de ses joies… De ses peines un sujet sur lequel s’épancher. Ce qui fait non seulement, pas, sa notoriété mais toute son humanité… Les plus beaux poèmes… Les plus beaux textes… Naissent d’accouchements sans péridurale de ce que la vie offre de plus dur. La souffrance est leur inspiration.

  18. Birame SECK

    dit :

    C’est un poème qui inspire beaucoup de tristesse et d’amour à la fois. le poète dépasse le lyrisme de l’expression personnelle de ses sentiments pour unir le lecteur dans aune même destinée où chaque homme ou chaque femme pourra prendre conscience de ses propres expériences et de ses propres souffrances.

  19. si tu lis mon nom t’es gentil!

    dit :

    Oh, quelle magnifique poème ça ma rendu tellement triste. Victor Hugo est mon poète préféré.

  20. Rafael Pedro Soto

    dit :

    J’ai beaucoup aimé ce poème lorsqu je l’ai appris à l’Alliance Française quand j’étais jeune. J’ignorais que l’émotion vécue à sa lecture, j’allais la renouveler plus tard quand j’ai perdu ma propre fille. Léopoldine Hugo et María José Soto m’attendent dans le ciel …..

  21. Rafael Pedro Soto

    dit :

    J’ai beaucoup aimé ce poème lorsque je l’ai appris à l’Alliance Française quand j’étais jeune. J’ignorais que l’émotion vécue à sa lecture, j’allais la renouveler plus tard quand j’ai perdu ma propre fille. Léopoldine Hugo et María José Soto m’attendent dans le ciel…

  22. Bouhsina

    dit :

    Écoutez ce poème chanté par Henri Tachan: Extraordinaire

  23. MOGNAN

    dit :

    Ne vous apitoyez pas trop sur le chagrin de Victor Hugo. Au moment de la mort de Léopoldine, son poète de père se trouvait en Espagne avec sa maîtresse. Il apprendra le décès, cinq jours plus tard, au hasard d’une lecture d’un journal, à Rochefort….

  24. Franswa

    dit :

    Nous sommes en bus sur le Pont de Normandie et mon epouse prend le micro et récite ce poème. Applaudissements nourris de nos amis

  25. Farid

    dit :

    Aujourd’hui, j’ai appris à mon fils Mikaël, 7 ans, ce beau poème de Hugo. Lorsque j’avais 10 ans, un de mes oncles, berbère, musulman, certical de fin d’étude, né et mort en Algerie sans jamais mettre une fois les pieds en France, m’avait fait écrire et réciter ce poème durant tout l’été. Il répétait à chaque fois « je pardonne tout à la France car elle nous a donné Victor Hugo, quel butin ! »

  26. BONNIAUD

    dit :

    Je connaissais ce poème pour l’avoir appris à l’école. Un jour la vie fait qu’il vous éclate à la figure et ces notes de mots resurgissent. Je le répète souvent sur la tombe de mon Fils Florent.

  27. Pierre

    dit :

    Je l’ai appris sous l’égide de Mr Dedieux ou Mr Nublat dans les années 40. Il m’émeut encore et toujours.

  28. Guiraud

    dit :

    Je le récite au moins 10 fois par mois

  29. Abdo Abdelhak

    dit :

    J’ai lu ce poème quand j’avais quinze ans. Il est encore gravé dans ma mémoire, il est fantastique.

  30. Annick 80

    dit :

    J’adore ce poème que j’ai appris au CM1 dans les années 50. J’ai maintenant 80 ans et le relis toujours avec la même émotion. Comment mêler aussi bien le chagrin et l’amour de la nature ? Seul V. Hugo en était capable. Merci à lui.

  31. Brinon francoise

    dit :

    On a envie de partager son chagrin.

  32. Ahmat youssouf Darwal

    dit :

    Vraiment j’ai aimé ce texte, et je l’aime toujours.

  33. Loulou

    dit :

    @Herve : C’est toi que je trouve plat !

  34. ALI OMARI

    dit :

    Nostalgie oh les beaux temps …lorsque j’étais élève dans les années 70…

  35. Abadie

    dit :

    Ce poème m’a bouleversé le jour où je l’ai découvert, il est fluide, les vers se succèdent sans fioriture, chaque mot est naturellement à sa place, utile, on le vit, on le comprend, on ressent la douleur, l’amour qu’Hugo avait pour sa fille. Que dire de plus beau pour un être aimé. Mon épouse est décédée il y a 4 mois, les 4 premiers vers figurent sur le faire-part de son décès. J’en ai rajouté un cinquième que j’ai écrit: « Là, j’entendrais apaisé, ces sublimes melodies » car Sabine était compositrice.

  36. Guy04

    dit :

    J’ai appris ce poème lorsque j’étais petit. 70 ans après, je le trouve toujours aussi beau et poignant

  37. Ngiabe Vianney

    dit :

    Excellentissime

  38. Anne

    dit :

    Magnifique! Tellement puissant et existe-t-il plus grand douleur pour un parent que de perdre son enfant?

  39. Raytchu

    dit :

    C’est cool

  40. Millo

    dit :

    Un magnifique poème ! Qui exprime la douleur d’un père d’avoir perdu son enfant. Il sait qu’elle attend, il va chercher sur sa tombe un peu de sa présence qui lui fera du bien et du mal, en espérant la retrouver un jour dans l’au-delà et pouvoir encore la serrer dans ses bras.

  41. Kalambay victoire

    dit :

    Victor tu vis grâce à tes oeuvres.

  42. charle édouard le bg67

    dit :

    Je n’aime pas ce poème.

  43. Bertin

    dit :

    Ce poème est magnifique, je le connais depuis très longtemps. Je comprenais ce père triste d’avoir perdu sa fille, mais j’ai perdu ma fille, elle avait 42 ans. Ce poème que j’aimais déjà a pris une autre dimension pour moi. En le récitant dans ma tête, je ressens la même tristesse, je pense à elle à chaque instant.

    « Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
    Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
    J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
    Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps. »

    Merci M. Victor Hugo

  44. Roger

    dit :

    J’ai appris ce poème il y a 60 ans , je ne l’ai jamais oublié……

  45. marius googse

    dit :

    Jolies les rimes croisées.

  46. Kelly Martin

    dit :

    J’adore ce poème de Victor Hugo.

  47. Ehemba

    dit :

    C’est un poème simple et beau. Le verbe de ce poète est magique et ses vers coruscants.

  48. DARBENSLEY DESILUS

    dit :

    J’aime bien ce poème.

  49. Angélique

    dit :

    Victor Hugo est mon poète préféré donc j’aime beaucoup cette poésie.

  50. Agathe#74

    dit :

    Il n’y a pas de mots pour définir ce qu’il a écrit, une âme de poète, un poème bouleversant…

  51. Moi

    dit :

    C’est bien

  52. Ramzi

    dit :

    Excellent poème de Victor Hugo. Mon cher et regretté papa décédé il y’a 3 semaines était enseignant universitaire de littérature française et m’a appris ce poème. Il le récitait souvent et l’enseignait à ses étudiants à Tunis.

  53. Raymond PAMBA

    dit :

    Depuis l’an 2021, qui marque ma rencontre avec la poésie (son étude) par le truchement d’un abbé (père Léon), tellement passionné par le langage poétique et menant des recherches sur google j’ai rencontré ce beau et historique poème de Hugo. Ça m’éffare mais ça me dis tous sauf rien.

  54. RAYMOND PAMBA

    dit :

    L’inspiration poétique de cet homme me laisse perplexe, ce poème me dit trop et me pousse à des profondes reflexions.

  55. hector le rat

    dit :

    Je me nomme Hector Patouille et j’ai 85 ans bande de chenapan pour ceux qui ne comprennent pas ce poème est la réincarnation de sattan c’est a dire MAGNIFIQUE. Ce poème est excitant et intrigant à la fois. Je le lis tout les matins depuis mes 16 ans. Il me redonne le sourire car mes petits enfants son mort dans un accident il y a 15 ans.

  56. Magalie

    dit :

    Je passe demain au bac blanc et ce poème fait parti des textes à apprendre

  57. wouw

    dit :

    C’est cool

  58. Elona

    dit :

    J’ai vite compris, je trouve ça très beau.

  59. Lantz André

    dit :

    Juste ce qu il faut de mots. L’harmonie des sentiments. La pudeur dans la douleur. Très belle poésie.

  60. Meishoune

    dit :

    J’adore ce poème tellement touchant, depuis petite je l’adore, et en grandissant j’ai réussi à comprendre son sens.
    Victor Hugo était vraiment remarquable, c’est une personne à jamais gravé dans l’histoire pour ses prouesses littéraires magiques❤️

  61. jannat

    dit :

    J’aime beaucoup ce poème

  62. Jujube lauri

    dit :

    Victor Hugo disait souvent qu’il y avait un mot pour les enfants qui on perdu leurs parents, mais pas pour les parents qui on perdus leur enfant. C’est bouleversant !

  63. danae 9 ans

    dit :

    Ma maitraisse me la fait apprendre et perso je l’aime bien.

  64. Claude

    dit :

    Ce poème a marqué ma vie dès tout petit. J’entendais du coin de ma chambre. Ma grande sœur récitait sans cesse ce poème En grandissant, je l’ai aimé et apprécié car la mort subite d’un enfant n’est guère agréable.

  65. sissaoui aissa

    dit :

    Moi aussi, profondément affecté par ce poème à caractère dramatique. Je suis de la génération des années 50, au début de ma scolarité, un neveu me racontait ce poème qui m’a vraiment touché, et est resté ancré dans ma memoire. En sachant que le célèbre écrivain français avait écrit plusieurs thèmes sur les misérables, tels que Gavroche, cosette chez les Thenardier, d’ailleurs, il a laissé le fameux ouvrage intitulé « LES MISERABLES ».

  66. Houssine HANNOUTI

    dit :

    Mon fils aimait ce poème de son vivant. Il est décédé il y a 8 ans. Il nous a quitté à l’age de 22ans. Quand je suis devant sa tombe, je lui récite ce beau poème plusieurs fois comme pour m’assurer qu’il m’écoute. Perdre un enfant n’a pas de nom. C’est dur. A travers ce poème je ressens la tristesse de Victor Hugo et il comprendrait la mienne s’il était là.

  67. Zigzig

    dit :

    Ce poème me bouleverse à chaque fois. Je pense à mes parents que j’ai perdu lorsque j’avais 16 ans. J’ai appris ce poème et il est magnifique. On ressent la douleur d’un père qui a perdu sa fille.

  68. Dieuceclair

    dit :

    Poème d’une rare intensité émotionnelle ! Assurément ce jour la plume de Hugo fut guidée par la main de Dieu !

  69. António

    dit :

    J’aime ce poème.

  70. António

    dit :

    J’aime ce poème.

  71. Daniel

    dit :

    Moi aussi j’ai aimé ce texte dans lequel Victor Hugo montre ses sentiments envers sa fille Léopoldine. Vraiment ce texte montre la mélancolie et tristesse de Hugo.

  72. Scarabée

    dit :

    Je me suis permis de dédier ce poème à ma femme disparue il y a un an et demi à l’âge de 57 ans; Elle était belle et je l’aimais beaucoup. (Pauvre Hervé)

  73. NGOUPAYOU BLANDINE

    dit :

    1ère A 4 Espagnol au lycée Sultan Ibrahim Njoya 2005, Avec pour professeur de français Mr Wambo. Nous avons récité ce poème comme test d’évaluation, sans en mesurer vraiment le sens ni la profondeur. Merci Monsieur car grâce à vous j’ai pu lire l’un des plus beaux poèmes qui existe.

  74. SAMAKE Mamadou

    dit :

    Ce poème est très beau; je l’ai appris à l’école primaire et c’est aujourd’hui à soixante dix ans que je l’apprécie davantage parceque le comprenant beaucoup mieux.

  75. Kane

    dit :

    La première fois que je l’ai attendu ce poème je l’ai aimé avec ces vers pleins de tristesses et de mélancolie. Victor Hugo rendais hommage à sa fille Léopoldine noyée dans dans le fleuve Seine si je ne me trompe. C’était au cours français que j’ai connu cette doubleuse séparation entre un père et sa famille.

  76. Khaled koriche

    dit :

    J’ai 64 ans et ce poème est gravé dans ma tête depuis l’école primaire.

  77. Héloïse Hamon

    dit :

    J’ai appris ce poème à 8 ans et à 12 ans je le connait encore par coeur. Je pense qu’il restera à jamais gravé dans nos coeurs. Victor Hugo est un être exceptionnel et il ne mérite pas d’être oublié. je pense que ce poème est l’une de ses plus belles pièces.

  78. Martine Bayet

    dit :

    Ce poème fait résonner en nous la profondeur de l’immensité de la douleur. Il nous lié aux éléments de la nature, forêt campagne montagne fleurs houx vert bruyère. On dit que nous avons tous un poème de Victor Hugo dans notre cœur. Moi c’est celui-ci découvert à 20 ans encore présent à 68 ans. La vie est courte !

  79. Le Bas René

    dit :

    Poème ô combien touchant, douleur d’un père, sa fille qui l’attend. Que dire de plus !

  80. René Le Bas

    dit :

    Je découvre ce poème de V. Hugo. il exprime une douleur certaine. J’ai aussi aimé le poème Unité, dans les Contemplations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *