Vent d’autan

Villebramar

« c’étaient amis que vent emporte »
Rutebeuf

J’ai mis d’autan
juste ce qu’il fallait de vent
pour emporter les feuilles

de vie, juste ma vie
pour que n’en reste aucune trace

autour, jouent les enfants.

A quoi cela ressemble-t-il d’être si las ?
Si las ?

comme un point d’orgue ?

Sur un piano, deux notes, sans aucune hâte,
ni la moindre émotion, non plus

Villebramar, 2019

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *