Noroît

Villebramar

à M…

un jour d’avant printemps, par vent d’ouest
ou Noroît ?
Tu m’as montré un gros nuage noir qui venait vite
et tu m’as dit : il va pleuvoir

très fort
alors poussâmes une porte de côté et entrâmes

il y avait huit ou dix rangs de bancs de bois
sur notre droite, un Christ, cloué sur une croix
des flammes tremblantes, qui priaient
pour nous, probablement
un grand silence sous les voûtes

ce jour d’avant printemps, par fort Noroît

Assis et seuls, nous tenant par la main
un grand silence, et le grain
la pluie a commencé à battre les vitraux
il faisait bon, sous nos parkas
presque chaud
j’ai pensé que tu étais heureuse

Nous avons attendu longtemps, que le grain cesse
ce jour- d’avant printemps, par Noroît
ayant poussé la porte de l’Église Blanche

et des flammes tremblantes qui priaient

Villebramar, 2020

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *