À la belle impérieuse

Victor Hugo

L’amour, panique
De la raison,
Se communique
Par le frisson.

Laissez-moi dire,
N’accordez rien.
Si je soupire,
Chantez, c’est bien.

Si je demeure,
Triste, à vos pieds,
Et si je pleure,
C’est bien, riez.

Un homme semble
Souvent trompeur.
Mais si je tremble,
Belle, ayez peur.

Victor Hugo, Les chansons des rues et des bois, 1865

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “À la belle impérieuse”

  1. Jado le slameur

    dit :

    Belle plume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *