Un ailleurs

Sandrine Davin

A l’heure où la nuit se tord
Une page se tourne
Dans un éphémère silence –
Le visage fané
Refleurira sous un autre jour,
Dans un autre temps.
Un ailleurs se dessine
Mais nul ne le sait.

Vieillir sans oublier
Vieillir et effacer ses rides
Ou bien les garder
Pour laisser poindre un nouveau jour.

Sandrine Davin

Imprimer ce poème

3 commentaires sur “Un ailleurs”

  1. Estelle

    dit :

    Bonjour,

    J’aime beaucoup ce poème et j’ai choisi de le mettre dans mon anthologie. Pouvez-vous me dire de quel recueil il est extrait et en quelle date il est paru ?

    Merci beaucoup !

  2. DAVIN SANDRINE

    dit :

    Merci Carine…

  3. carine Foubert

    dit :

    C’est court mais bien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *