Lino

Kamal Zerdoumi

Sur le quai
courent nos souvenirs
en culottes courtes
Comme nous tous
tu as quitté le port
pour la haute mer
où tu as ri
avec le soleil qui se lève
et pleuré avec le soleil
qui se couche
Ta coque a vieilli
parmi les tempêtes
et les bonaces
Comme nous tous
Puis un soir
je reçois un message
sur mon Hermès électronique
Béatrice ta soeur
m’y parle de tes funérailles
La Mort a tiré les yeux fermés
au hasard
sur une nouvelle cible
Avec elle ne serons-nous jamais
de taille ?
Que des mots sur ce champ de bataille
où l’Ennemie a un nom
face à nous
son bétail

Kamal Zerdoumi, 2019

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *