C’est le sifflet

Guillaume Apollinaire

C’est le sifflet dont je me sers
Sur le théâtre de la guerre
Pour siffler les Boches en Vers
En Prose et de toute manière
Et que Lou siffle en ce sifflet
Pour appeler son grand Toutou,
À Gui l’An neuf… Et mon poulet
Souhaite à Lou l’amour partout

Courmelois, entre le 27 mai et le 4 juin 1915

Guillaume Apollinaire, Poèmes à Lou

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *