Ce qui a esgalé aux cheveulx de la terre

Théodore Agrippa d'Aubigné

IX

Ce qui a esgalé aux cheveulx de la terre
Les tours et les chasteaux qui transpercent les cieux,
Ce qui a renversé les palais orgueilleux,
Les sceptres indomptez eslevez par la guerre,

Ce n’est pas l’ennemy qui un gros camp asserre,
Menace et vient de loin redouté, furieux :
Ce sont les citoyens, esmeuz, armés contr’eux,
Le bourgeois mutiné qui soy mesme s’enferre.

Tous mes autres haineux m’attaquans n’avoyent peu
Consommer mon espoir, comme sont peu à peu
Le débat de mes sens, mon courage inutile,

Mes souspirs eschauffez, mes desirs insolents,
Mes regrets impuissants, mes sanglots violents,
Qui font de ma raison une guerre civile.

Théodore Agrippa d’Aubigné, Hécatombe à Diane, 1874

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *