Exotisme

Kamal Zerdoumi

Ils nous ont arrachés nus
aux bras de la forêt nourricière
pour nous exposer aux regards
de Blancs bien vêtus
Dans cette ville Paris
pourquoi ce froid
ces bruits
Une fillette de deux ans et demi
est morte
Nous l’avons enveloppée
dans des peaux
À présent elle dort
tout près du zoo
où nous attirons les foules
Bientôt leurs virus
nous aurons décimés
Le jour croit pouvoir
se passer de la nuit
et le Blanc du Noir
Sachez que votre double
de couleur
lui aussi
appartient au genre humain
et qu’un monstre vit
sous chaque masque blanc

kamal Zerdoumi, 2018

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *