Premier automne

Alix Lerman Enriquez

Châtaignes rabotées de lumière
et de silence aussi,
comme des coquillages
blessés sur le sable,

elles recueillent la sueur du jour
qui exsude bleue,
la suie de la nuit
quand vient le soir,

le sang de l’aube
lorsque le soleil rouge
suinte du ciel
et de ses frondaisons,

lorsque les arbres
trempés de pourpre
liassent tomber
leurs derniers oripeaux :

ces feuilles mortes séchées,
ces grimoires improvisés
où j’inscris mes souvenirs d’été,
mes rêves et mes joies
rabotées de mes peines
dans la pénombre de mes pas.

Alix Lerman Enriquez

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *