Corps et plaintes

Alix Lerman Enriquez

Le vent grinçant entre les plinthes des portes,
faisait entrer la pluie et la plainte d’un ciel gris.
A l’aube, offrait à la nuit glacée percée d’étoiles
le jour parcheminé de plaies
et des fruits rouges de solitude.

Jour balafré de mes blessures
de corps et de cœur offerts à tous les vents.
Corps brisé, tatoué d’opérations à cœur ouvert
qui entendait la plainte des corbeaux dans le soir,
qui attendait sa délivrance nue
au dessus d’un ciel de suie
perforé de silence et de nuit.

Alix Lerman Enriquez

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *