A ma fille

Kamal Zerdoumi

Après le sentier et la poussière
nous voici parmi
les plantes immobiles
dans cette préface
à la vallée
cernés
par un silence parfait
« C’est le paradis ici ! »
Ce cri de l’innocence
me libère
des rets de la vieillesse

kamal Zerdoumi
Texte écrit à Casablanca en 2018

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *