Soleils couchants

Paul Verlaine

Une aube affaiblie
Verse par les champs
La mélancolie
Des soleils couchants.
La mélancolie
Berce de doux chants
Mon cœur qui s’oublie
Aux soleils couchants.
Et d’étranges rêves,
Comme des soleils
Couchants sur les grèves,
Fantômes vermeils,
Défilent sans trêves,
Défilent, pareils
À de grands soleils
Couchants sur les grèves.

Paul Verlaine, Poèmes saturniens

 

 

Imprimer ce poème

5 commentaires sur “Soleils couchants”

  1. esteban lagrange

    dit :

    Carré le poème

  2. Y.Y

    dit :

    Ce poème est tout simplement sublime, je n’arrive même pas à poser des mots dans ce commentaire tellement ces vers m’ont soufflé.

  3. Sylvain

    dit :

    Les huit derniers vers sont sublimes. Peut-être le plus beau poème, en tout cas le plus novateur, le plus symboliste, et même le plus.. .verlainien que Verlaine ait écrit.

  4. redwan

    dit :

    Mon avis: J’ai choisit ce poème car j’aime bien les poésies ambivalentes, « des soleils couchants » dans cette poésie on peut l’interpréter de 2 façons. Cela peut signifier la mort et la beauté. J’ai lu cette poésie et je suis tombé sous le charme.

  5. faustin

    dit :

    Ce poème m’a bien plu car c’est un poème avec des mots plutôt faciles à comprendre, qui en fait un poème agréable à lire. Je les bien aimé aussi, car il parle d’un coucher de soleil ce qui est plutôt jolie. J’ai bien aimé aussi ce poème, car le poète montre ses sentiments envers le lecteur par rapport au coucher de soleil et ceci ma vraiment plu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *