Puissant

Kamal Zerdoumi

Roi solitaire
dans son château de sable
Le temps d’une marée basse
couronné par le sang
de ses semblables
hommes, bêtes, forets
et océans innocents
Étranger à l’amour universel
immobile comme la haine
qui le meut
être monstrueux
que le vivant
jamais n’émeut
C’est toi que l’on voit
par la pulsion de mort
tenu en laisse
étrange animal de compagnie
sous le soleil d’été
effacé par la vanité
de tout

kamal Zerdoumi, 2018

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *