Une barque

Didier Venturini

Une barque, une coquille
Dans la gueule de l’enfer
L’océan l’écarquille
La prend dans ses revers

Une barque à la dérive
Qui fuit d’là où çà flotte
L’espoir d’une autre rive
L’espoir d’un antidote

Une barque sans matelot
Sans boussole, sans compas
Qui ronge un dernier flot
L’Europe est ce bien par là ?

Une barque pleine de galères
Qui rame comme un forçat
Pour un morceau de terre
Une manche avec son bras

Une barque, une brindille
Une bouteille à la mer
Du fil pour un exil
Qu’il reprise la misère

Une barque qui s’fait la baille
Qu’a peur d’être un cercueil
Ou rien qu’un feu de paille
Sur une terre d’écueil

Une barque, une coquille
Dans la gueule de l’enfer

Didier Venturini, Cordes et Ficelles, 2018

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *