Une barque

Didier Venturini

Une barque, une coquille
Dans la gueule de l’enfer
L’océan l’écarquille
La prend dans ses revers

Une barque à la dérive
Qui fuit d’là où çà flotte
L’espoir d’une autre rive
L’espoir d’un antidote

Une barque sans matelot
Sans boussole, sans compas
Qui ronge un dernier flot
L’Europe est ce bien par là ?

Une barque pleine de galères
Qui rame comme un forçat
Pour un morceau de terre
Une manche avec son bras

Une barque, une brindille
Une bouteille à la mer
Du fil pour un exil
Qu’il reprise la misère

Une barque qui s’fait la baille
Qu’a peur d’être un cercueil
Ou rien qu’un feu de paille
Sur une terre d’écueil

Une barque, une coquille
Dans la gueule de l’enfer

Didier Venturini, Cordes et Ficelles, 2018

Imprimer ce poème

2 commentaires sur “Une barque”

  1. venturini

    dit :

    @Beauchemin
    Merci pour votre message qui me touche beaucoup. Je me suis servi du mot baille qui est un mot voulant dire à la fois, se faire la belle, partir, mais aussi se jeter à l’eau, voilà pourquoi j’ai utilisé cette expression, d’une manière imagée pour donner de la force à ma phrase. Bonne soirée et bonne lecture.

  2. Beauchemin

    dit :

    Je suis du Québec et j’ai choisi votre poème pour le lire lors d’une soirée de poésie. Ce poème a touché mon cœur et je veux l’interpréter avec toute la beauté et l’intensité qu’il contient. Auriez-vous la gentillesse de me donner le sens de cette phrase: une barque qui s’fait la baille. Ce n’est pas une expression courante pour moi. Merci et félicitation pour votre poésie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.