La conscience

Victor Hugo

Lorsque avec ses enfants vêtus de peaux de bêtes,
Echevelé, livide au milieu des tempêtes,
Caïn se fut enfui de devant Jéhovah,
Comme le soir tombait, l’homme sombre arriva
Au bas d’une montagne en une grande plaine ;
Sa femme fatiguée et ses fils hors d’haleine
Lui dirent : « Couchons-nous sur la terre, et dormons. »
Caïn, ne dormant pas, songeait au pied des monts.
Ayant levé la tête, au fond des cieux funèbres,
Il vit un oeil, tout grand ouvert dans les ténèbres,
Et qui le regardait dans l’ombre fixement.
« Je suis trop près », dit-il avec un tremblement.
Il réveilla ses fils dormant, sa femme lasse,
Et se remit à fuir sinistre dans l’espace.
Il marcha trente jours, il marcha trente nuits.
Il allait, muet, pâle et frémissant aux bruits,
Furtif, sans regarder derrière lui, sans trêve,
Sans repos, sans sommeil; il atteignit la grève
Des mers dans le pays qui fut depuis Assur.
« Arrêtons-nous, dit-il, car cet asile est sûr.
Restons-y. Nous avons du monde atteint les bornes. »
Et, comme il s’asseyait, il vit dans les cieux mornes
L’oeil à la même place au fond de l’horizon.
Alors il tressaillit en proie au noir frisson.
« Cachez-moi ! » cria-t-il; et, le doigt sur la bouche,
Tous ses fils regardaient trembler l’aïeul farouche.
Caïn dit à Jabel, père de ceux qui vont
Sous des tentes de poil dans le désert profond :
« Etends de ce côté la toile de la tente. »
Et l’on développa la muraille flottante ;
Et, quand on l’eut fixée avec des poids de plomb :
« Vous ne voyez plus rien ? » dit Tsilla, l’enfant blond,
La fille de ses Fils, douce comme l’aurore ;
Et Caïn répondit : « je vois cet oeil encore ! »
Jubal, père de ceux qui passent dans les bourgs
Soufflant dans des clairons et frappant des tambours,
Cria : « je saurai bien construire une barrière. »
Il fit un mur de bronze et mit Caïn derrière.
Et Caïn dit « Cet oeil me regarde toujours! »
Hénoch dit : « Il faut faire une enceinte de tours
Si terrible, que rien ne puisse approcher d’elle.
Bâtissons une ville avec sa citadelle,
Bâtissons une ville, et nous la fermerons. »
Alors Tubalcaïn, père des forgerons,
Construisit une ville énorme et surhumaine.
Pendant qu’il travaillait, ses frères, dans la plaine,
Chassaient les fils d’Enos et les enfants de Seth ;
Et l’on crevait les yeux à quiconque passait ;
Et, le soir, on lançait des flèches aux étoiles.
Le granit remplaça la tente aux murs de toiles,
On lia chaque bloc avec des noeuds de fer,
Et la ville semblait une ville d’enfer ;
L’ombre des tours faisait la nuit dans les campagnes ;
Ils donnèrent aux murs l’épaisseur des montagnes ;
Sur la porte on grava : « Défense à Dieu d’entrer. »
Quand ils eurent fini de clore et de murer,
On mit l’aïeul au centre en une tour de pierre ;
Et lui restait lugubre et hagard. « Ô mon père !
L’oeil a-t-il disparu ? » dit en tremblant Tsilla.
Et Caïn répondit :  » Non, il est toujours là. »
Alors il dit: « je veux habiter sous la terre
Comme dans son sépulcre un homme solitaire ;
Rien ne me verra plus, je ne verrai plus rien. »
On fit donc une fosse, et Caïn dit « C’est bien ! »
Puis il descendit seul sous cette voûte sombre.
Quand il se fut assis sur sa chaise dans l’ombre
Et qu’on eut sur son front fermé le souterrain,
L’oeil était dans la tombe et regardait Caïn.

Victor Hugo

Imprimer ce poème

28 commentaires sur “La conscience”

  1. EDEM KOFFI

    dit :

    Victor Hugo est un hero

  2. Genny

    dit :

    Vous avez bel et bien expliqué tout le contenu. Bon travail!

  3. violène

    dit :

    Je ne comprends pas ce que fuit CAIN

  4. cybermax

    dit :

    bjr a tous,

    Beaucoup de choses à dire!
    Je pense que Mr Forestier est dans le vrai.
    je recommande également la lecture du très savant et méconnu Pierre Lacour: « Aelohim et les dieux de Moïse » un pavé de 750 pages traitant des 5 premiers chapitres de la Genèse et de la Tour de Babel.
    (en pdf sur: https://archive.org/)

    Pour Mr Faye Daniel: Je ne connait point le sens de l’humour de Mr Hugo, mais vous pourrez en toucher un mot à: Eric Chams spécialiste de Victor Hugo.
    En fait, il y a plusieurs moyens de comprendre ce choix d’une chaise:

    1-le symbolisme: http://ktche.ouvaton.org/spip/article.php3?id_article=827

    et qui peut correspondre à une époque d’avancées techniques, de responsabilités et de hiérarchie sociale.

    2-Hugo fit un passage vers 1843 en Charente. il y a dans cette région des grottes (tombeau de Caïn) du nom de Grottes de la Chaise et Grottes de la Tour (on mit Caïn au milieu d’une tour). Etonnante coïncidence non? VH eut-il souvenir de ces grottes qui ne furent fouillées qu’à partir de 1850? cad un peu avant la « Légende des siècles »?
    Pour la faute de Français, ça paraît un peu petit quand même!

    Ayez la politesse de respecter les recherches des autres sans ergoter sur ce genre de détail insignifiant. Vous même, qu’apportez-vous au débat?

    Girondao: même remarque: il y a des fautes et c’est seulement cela qui vous préoccupe?

    Hermann: bien vu! voyez l’ouvrage cité plus haut.

    Masson: Parodie? je ne sais pas mais voyez: « Jéhovah » de l’ancienne reine de Roumanie « Carmen Sylva » poésie d’une quarantaine d pages hautement initiatique.

    Medjdoub: l’humanité est nécessairement « injuste » pour un monothéiste, l’univers dont elle émane étant foncièrement dualiste. oui, nous sommes assemblés avec un ensemble de possibilités de bien et de mal mais avec les ressources nécessaires pour faire triompher le bien.
    C’est la propagande occultiste et ses financiers qui font en sorte d’incliner les hommes vers le mal. (voir le commentaire de Paulo.)

    Merci à tous (y compris à Daniel) Dorénavant, je réviserais mon Français (voir commentaire de Même)

    cybermax

  5. Kial Mi

    dit :

    Dommage Franot, dommage, mais il va vous falloir revoir quelque peu votre copie, car si ce n’est pas comme la nôtre, les animaux on et bel et bien une conscience, sinon comment seraient-ils quelquefois capables d’empathie ? Et même plus souvent qu’on ne le croit généralement (lionne défendant une jeune antilope, élan défendant un congénère blessé contre une meute de loups…). Il faut souvent un peu de chance, mais on a quelqufois la chance de tomber sur de tels exemples 😉

  6. frannot

    dit :

    Fercilu… dommage pour vous. Je pense que vous êtes en prison au moins pour vol et assassinat. La conscience nous différencie des animaux. Si vous tombez sur un djihadiste, vous regretterez qu’il n’en n’ait pas.

  7. HDA ALI

    dit :

    Je l’ai appris par cœur au CM 1 en 1958. Mr Jean Claude Galteaud qui vit actuellement à Jarnac le confirmera. Il était notre brillant Instituteur à Aoufous au Maroc. J’en profite pour lui souhaiter un prompt rétablissement. « O souvenirs de mon enfance, quelle impression vous m’avez laissée » (A. Daudet)

  8. MARTRAIRE Claude

    dit :

    Victor Hugo ne commente pas ici la Bible (Genèse) : il prend même quelque liberté en l’extrapolant pour montrer l’apparition de la conscience humaine. Le premier commentaire est assez judicieux en dehors de quelques fautes de français. Par contre certains autres commentaires témoignent que l’apparition de la conscience est plus que lente. Le pire reste clairement de se mentir à soi-même… En conclusion, Dieu ne nous juge pas : nous nous jugeons nous-même à travers notre conscience.

  9. Vyn

    dit :

    Je suis persuadé qu’il y a de très nombreuses références à la religion chrétienne, maintenant il faut réussir a trouver l’implicite de certaines expressions. Ce qui n’est, parfois, pas de la plus grande facilité. C’est donc pourquoi, je vous prie, de s’il vous plaît, de mettre en commentaire les références à la Bible/Genèse. Merci !

  10. bonne exercice

    dit :

    Ce poème est un très bonne exercice de concentration, mémorisation mais j’ai appris ce texte de Victor Hugo en 6ème. Je conseille ce texte à ceux de 4ème.

  11. william rootpeter.

    dit :

    « crevent les yeux » me fait penser à Oedipe, l’image du Pere etc…

  12. fercilu

    dit :

    Aux 10 Commandements j’ai désobéi sans aucun remords. Et je ne changerai en rien jusqu’à ma mort. La conscience n’existe pas. J’en jurerai sur mon trépas.

  13. Paulo

    dit :

    La « dette symbolique » (Levi-Strauss) est imparable: même sans référer à la divinité l’être humain en tant qu’être de la parole (partagée donc avec l’Autre) y est forcément assujetti, qu’il le veuille ou non. « Maudit » = mal dit. La malédiction frappe ceux qui maltraitent les autres-de-la-parole. Elle fait retour dans leur propre auto-jugement: leur conscience propre qui implacablement les regarde.

  14. fifi7777

    dit :

    « L’oeil est dans la tombe et regardait Cain ». Notre conscience morale, deuxième vicaire du Christ sur cette terre selon J. H. Newman, juge nos actes où que nous soyons. Le meurtre de Cain ne restera pas impuni, et – c’est toute la leçon du poète – Cain le sait. C’était avant la mort de Dieu. Nous savons désormais que, dans un monde sans Dieu, un crime sans témoin reste impuni. L’oeil est une illusion. ; Cain se tourmente pour rien.

  15. Anne So

    dit :

    Très beau poème, et très révélateur de la nature humaine

  16. medjdoub ali

    dit :

    Je remplacerai peinture par fresque ou un film qui se déroule devant nous, où l’histoire de l’humanité défile imperturbable, cette humanité profondément injuste, à la recherche permanente d’un équilibre,où le fort écrase le faible.

  17. Philippe de 44160

    dit :

    La conscience n’est qu’un mot à l’usage des lâches, inventé tout d’abord pour tenir les forts en respect !

  18. Rossignol

    dit :

    « L’oeil était dans la tombe et regardait Cain » On sent l’âme dans la phrase c’est tellement poétique, de plus Victor Hugo qualifie « la fosse » comme la tombe de Cain, ce qui nous fait imaginer la fosse dans laquelle il dût descendre pour ne plus voir l’oeil qui finalement le suivi jusqu’à sa mort. Un poème très vivant malgré le vocabulaire du passé un 20/20.

  19. Rossignol

    dit :

    Ce texte est parfait pour faire travailler la mémoire

  20. Masson

    dit :

    Depuis plusieurs années, je suis à la recherche d’une parodie de ce poème. Elle nous amusait beaucoup à l’époque (il y a plus de 60 ans!). Je ne me souviens plus que du dernier vers:
    L’oeil était dans le pot et regardait Caïn!
    Si quelqu’un connait ce texte…
    Merci d’avance

  21. meme

    dit :

    Bonne analyse de Joseph Forestier.
    il suffit de remplacer peu de mots pour actualiser ce texte, Cain étant le patronyme générique de tous les réfugiés:

    « Lorsque avec ses enfants vêtus de peaux de bêtes,
    Echevelé, livide au milieu des tempêtes,
    Caïn se fut enfui de devant les mollah,
    Comme le soir tombait, l’homme sombre arriva
    Au bas d’une falaise en une morne plaine ;……. (falaise de Douvres)
    …….(description de l’errance)
    daesh était dans la jungle et menaçait Caïn.  » (jungle de Calais)

  22. Christobal Girondão

    dit :

    joseph forestier a dit :

    Après  » les 6 parties du texte,  »
    après  » – du vers 60 à 68 : décision de la tombe « ,
    après  » Nous pouvons remarquer « , paragraphe 4 lignes,
    suite  » Un bref relever des adjectifs « ,
    infinitif vu que Caïn reste debout nonobstant l’oeil !

  23. Hermann

    dit :

    Je ne vois ici (ni dans la Genèse) la présence d’aucun remords : Caïn veut fuir selon moi l’oeil de Dieu qui inlassablement tente d’éveiller sa conscience, en vain.

  24. FAYE DANIEL

    dit :

    Assis sur sa chaise ? quel farceur, ce père Hugo ! Il aurait pu mettre n’importe quelle formule de trois syllabes, mais il a préféré garder cette chaise inattendue. Pour nous faire rire ? Sans doute.
    D’autre part, je signale à M. Joseph Forestier que  » après qu’il est tué son frère  » est tout à fait bizarre, à la place
    de  » après qu’il ait tué son frère  » où le subjonctif est fautif et devrait être remplacé par  » après qu’il eut tué son frère « 

  25. Emynodupeus

    dit :

    Je vous conseille à tous,visiteurs du futur,de lire le 1er com’ qui est très constructif.

  26. WeSmile

    dit :

    Très beau poème, Victo rHugo nous fait comprendre qu’on ne peut pas oublier ce qu’on a fait de vraiment mal.

  27. teresa correia

    dit :

    extraordinario, e sempre actual, como acontece com os grandes pensadores, como fugir da sua propria « CONSCIENCIA »?

  28. joseph forestier

    dit :

    Extrait du recueil de Victor Hugo, « La légende des siècles » (1859 – 1877) cette partie s’intitule « La conscience ».
    A travers ce poème, V. Hugo nous fait comprendre que l’Homme ne peut se libérer de ses remords en fuyant. La conscience humaine apparaît donc comme une image obsédante, telle cet œil qui ne cesse de regarder Caïn comme s’il le jugeait.
    Mais que nous donne donc à comprendre Victor Hugo à travers son texte?

    – Cette poésie en alexandrins et rimes suivies aborde un thème biblique: Caïn et Abel, les deux fils d’Adam et Eve. Ce contexte nous fait donc remonter à à l’ère des premiers hommes, juste après le péché originel.
    Le texte développe ici une partie de l’histoire qui ne nous est pas transmise par la Bible; à savoir la fuite incessante de Caïn, après qu’il est tué son frère, pour tenter vainement d’échapper à Dieu et à sa conscience.

    – Tout d’abord nous pouvons, afin de mieux étudier l’œuvre, définir la progression du récit.
    Celui peut s’organiser en en six grandes parties et une coute introduction pour localiser et expliquer l’action.
    Celle-ci débuterait au vers 1 et s’achèverait au vers 7.
    Les six parties restantes correspondraient:
    – du vers 1 à 14 : première apparition de « l’œil »
    – du vers 15 à 23 : fuite éperdue
    – du vers 24 à 34 : première tentative pour cacher l’œil
    – du vers 35 à 39 : construction du mur
    – du vers 40 à 60 : construction de la forteresse
    – du vers 60 à 68 : décision de la tombe et chute.
    Nous pouvons remarquer que les cinq dernières parties s’achèvent toutes par la réapparition de l’œil, ce qui donne un rythme au poème tout en lui conférant un aspect tragique et un peu terrifiant; mais surtout d’insister sur l’omni présence de la conscience à qui nul ne peux prétendre échapper.
    Un bref relever des adjectifs qualifiants Caïn nous interpelle: ce n’est que « échevelé », « livide », « sombre », « muet », « pâle », « frémissant », « furtif »… qui mettent ainsi en évidence l’état d’agitation et de crainte où se retrouve plongé le héros principal.
    Cette crainte se manifeste par sa fuite insensée, puisque suivant la phrase même de la Bible, Caïn est maudit par Dieu et contraint d’être « errant et fugitif sur la terre. » (La genèse, chap.4 verset 12). Le texte insiste par ailleurs sur cela. Effectivement un grand nombre de verbes dont le héros est le sujet se rapportent au lexique du voyage pour confirmer les dires de la Bible : « enfui », « arriva », « allait », atteignit »…
    Ainsi Caïn nous est présenté comme un personnage terrifié et cherchant à fuir la cause de cette frayeur.
    L’antithèse « regardaient trembler l’aïeul farouche » (vers 26) renforce cette idée de peur poussée à l’extrême.

    – Un autre élément important est l’énumération d’objets concrets comme «les tentes de poil» en référence au nomadisme des premiers temps, «les clairons, les tambours» évoquant les guerres, «une enceinte de tours» allusion au château, met en place une peinture de la longue histoire de l’humanité, comme pour nous rappeler que cette fuite de la conscience et l’impossibilité de la réaliser reste une notion contemporaine qui a affecté aussi les générations passées.
    Ce procédé mettant en place une évolution certaine et reconnaissable donne au texte de Victor Hugo une portée plus large puisqu’il confère à l’œuvre un caractère universel et intemporel.

    – On peut, enfin, remarquer d’étape en étape, le renforcement des moyens de défense «la barrière» (v38), «une enceinte de tours» (v41) en passant par les différents âges (bronze, pierre) et le développement de l’agressivité «on crevait les yeux», «on lançait des flèches aux étoiles».
    Cette gradation qui s’opère au fil du texte nous met en scène l’évolution des personnes qui cherchent à fuir Dieu et leur conscience: Caïn s’entoure de protections contre lui-même pour éviter de porter ce poids de la culpabilité. Mais cela ne fait qu’accentuer son malaise car, au lieu d’essayer de reconnaître sa faute et de l’expier, il s’enferre dans le refus de voir son péché en face, à son propre détriment.
    Il va même jusqu’à créer une ville pour se dérober à sa conscience, ville où l’individualisme s’installe «Défense à Dieu d’entrer»: la société n’est plus accueillante mais les remords sont toujours là.
    Caïn s’isole et en perd sa liberté.
    L’œil symbolise le poids de la culpabilité, et la tombe traduit cette impossibilité d’y échapper.

    – Par conséquent l’œuvre de Victor Hugo n’est pas neutre. Elle a une porté précise ; celle de nous mettre en garde. En effet l’histoire symbolise l’éveil du sens moral, mais surtout la fuite face à sa culpabilité.
    L’auteur cherche donc, non seulement à nous avertir de cette erreur qui mène à la tombe, mais aussi à dénoncer les attitudes semblables qui, pour lui, sont des travers qui touchent tous les hommes à travers les âges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *