Cancre

Laetitia Sioen

Les lettres rondes courent sur le papier.
Les lettres mortes s’arrêtent de chanter.
Je me perds dans ces mots
ces lettres de petits et gros caractères.
Ces salles mots, ces gros mots
qui voguent la galère et bout-en-train
car je te le dis je suis une cancre.
Un radeau de fortune,
infortuné par tant de discours.
On m’a faite la tête de nœud,
grognon et boudeuse.
La tête en queue de tir bouchon.
La manivelle de ma cervelle
fonctionne à reculons.
J’aime mieux les histoires
que les mots à dormir debout
Car je te le dis je suis une cancre.
Amusée par mes rébellions enfantines
Je suis une équilibriste
qui griffonne du papier sur le fil.
J’aime mieux mes rêves
Explorer dans la lune
Mes nouvelles aventures
Regarder l’étincelle d’une étoile
dans la pupille de mon cœur
car je te le dis je suis une cancre.

Laetitia Sioen, 2018

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *