L’Ombre

Laetitia Sioen

Vide de sens,
Là où tout échoue,
Tu arpentes la silhouette de ton être,
Le miroir d’un passé,
D’une échappatoire sans lendemain.

Les feuilles mortes posées sur le talus
Prolongent ton ombre fantomatique.
Tourmenté par tes pensées divergentes,
Tu apparais pourtant digne et serein.

La musique silencieuse d’un souffle nouveau te guide,
L’espoir de renaître à nouveau.
Tu poses ton regard au lointain
Et te tournes vers une éternelle promesse.
Tu respires à présent près à vivre, libre !

Laetitia Sioen, 2016

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *