L’Invitation au Voyage

Charles Baudelaire

Mon enfant, ma sœur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l’ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l’âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l’humeur est vagabonde ;
C’est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu’ils viennent du bout du monde.
– Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D’hyacinthe et d’or ;
Le monde s’endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Charles Baudelaire

Imprimer ce poème

53 commentaires sur “L’Invitation au Voyage”

  1. Matteo Dousset-Lehman

    dit :

    J’ai adoré lire ce poème

  2. Eugénie

    dit :

    C’est bien dommage qu’on ne puisse pas répondre à certains commentaires. Ils en auraient bien besoin même par respect pour ceux qui apprécient ce poème. Personellement je l’ai appris il n y a pas très longtemps et je le trouve magnifique.

  3. qFHECB.QRF@GMAIL.COM

    dit :

    L’Invitation au voyage est le titre de deux poèmes de Charles Baudelaire. L’un, en vers, figure dans le recueil Les Fleurs du mal (1857), numéro XLIX (49) de la première section intitulée Spleen et Idéal ; l’autre est en prose, publié en 1869 dans le recueil Le Spleen de Paris (numéro XVIII).

    Dans le poème en vers, le poète décrit à sa bien-aimée Marie Daubrun un pays idéal (inspiré de la Hollande) où ils pourraient s’installer ensemble. On y trouve les célèbres vers :

    Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
    Luxe, calme et volupté. (ter) La mise en musique de ce poème de Baudelaire la plus célèbre est celle composée par Henri Duparc en 1870. Le texte y est incomplet, le compositeur ayant écarté la deuxième strophe.
    En 1870 également, Emmanuel Chabrier publie une mise en musique du poème complet pour voix, piano et basson.
    En 1892, Maurice Rollinat a mis en musique ce poème de Baudelaire.
    Léo Ferré en a réalisé une nouvelle mise en musique dans son album Les Fleurs du mal en 1957, l’année du centenaire de la publication du recueil. Le poème cette fois-ci est complet.
    Les Inconnus, dans un de leurs sketchs parodiques où ils incarnent le groupe de hard rock « Dousseur de vivre », reprennent les célèbres vers susmentionnés dans le refrain de la chanson Poésie.
    À son tour, l’album Cyfry de Wojciech Płocharski contient l’interprétation du poème en polonais.
    En 1999, Manlio Sgalambro et Franco Battiato ont réalisé une traduction italienne en forme de chanson dans l’album Fleurs.
    En 2016, le groupe Superbus, dans la troisième piste de son album Sixtape, Soul Sister, reprend à intervalle régulier les trois premiers vers du poème.

  4. Booba

    dit :

    La liberté d’expression c’est pour les cons.

  5. Adam benani

    dit :

    Et ça fait bim bam boum

  6. hbb

    dit :

    C’est très dur à chanter, cette poésie fut écrite pour accompagner une musique de Henri Duparc. Elle se mêle intimement au texte à tomber en pâmoison mais elle n’est pas facile d’accès, on s’en rend compte quand on la découvre de l’intérieur. Un autre poème féroce cette fois-ci : La charogne.

  7. Malbete

    dit :

    Bon bah super, j’dois apprendre tout ça pour jeudi. Merci Charles

  8. BENABDALLAH

    dit :

    Il est très beau

  9. Daniel Bodin

    dit :

    Dommage que l’on ne puisse pas, répondre à certains commentaire.
    J’en sui désolé.

    PS: je ne me cache pas derrière des Pseudos bidons, moi…

  10. Daniel Bodin

    dit :

    Pardon, j’avais oublié le poème de J. Du Bellay « Heureux qui comme Ulysse ».
    Qui me tient particulièrement à cœur.

  11. Daniel Bodin

    dit :

    Avec les sonnets de Ronsard, à Cassandre et à Hélène, c’est un des plus beau poème d’Amour que je connaisse.
    Et les trois que je retienne.

  12. uferyzzezyrfey_t

    dit :

    je l’apprends au collège en 5ème

  13. Ivan Greindl

    dit :

    La mise en musique par Henri Duparc, de cet immortel poème, est un réel chef-d’œuvre. Curieux qu’aujourd’hui, cette merveille soit bien oubliée…

  14. Elsad616

    dit :

    J’adore ce poème! Je l’ai apris en CM2 et c’est encore aujourd’hui mon poème préféré! Je le trouve magnifique, Baudelaire était vraiment un génie…

  15. Rose

    dit :

    J’adore ce poème, la musique, les sentiments, tout y est. Il évoque toujours en moi un calme, une sérénité que je n’éprouve que rarement… Merci Baudelaire

  16. Lara

    dit :

    Un poème génial

  17. Stamenovic

    dit :

    Le poème est très beau mais il est un peu trop long.

  18. Clement

    dit :

    Je vous conseille d’écouter sa mise en chanson par Jacques Bertin

  19. coucou

    dit :

    Ce poème est juste magnifique… j’avais le choix entre plusieurs poèmes pour mon devoir de français, mais celui ci m’a completement tapé dans l’oeuil. Je dois faire une analyse dessus et ce poème est tellement riche, en plus d’être sublime!

  20. tiennot

    dit :

    Je trouve ce poème très touchant… J’en ai eu des frissons lors de ma lecture. La larme m’est même tombée sur la joue, c’est pour dire. Plus magique que disneyland. Un bijoux. Un trésor. Une pépite. Une pluie d’or.

  21. brun

    dit :

    Baudelaire « parle bien à notre âme en secret sa douce langue natale »

  22. dupont

    dit :

    Ah, ce Georges Brassens, quel bavard!

  23. Yaya

    dit :

    Poème inspiré par le séjour de Baudelaire à la Réunion…

  24. Meriem

    dit :

    J’aime trop cette poésie. Elle est charmante.

  25. Alain TANGUY

    dit :

    ALEXIS (8 Novembre 2018)
    Je vous rappelle que ce beau poème existe aussi en disque chanté par Léo Ferré (45t. Odéon) peut-être en CD ?

  26. salima

    dit :

    C’est cool mais un peu trop long.

  27. Estève

    dit :

    C’est joli mais c’est un peu trop long pour apprendre en une fois.

  28. Nathan

    dit :

    Je remercie les poètes car sans eux, le Monde serait moins magique.

  29. Alice

    dit :

    Trop bien

  30. Pierrr

    dit :

    Unanimitè. Le dire calmement, à voix mi basse, dans un souffle régulier, comme on respire

  31. Pouti

    dit :

    L’environnement est inspiré par la Hollande….. Moi. A m’a fait penser à Venise…. La poesie est le language de l’âme, pour moi les poètes sont les passeurs de messages les plus authentiques qu’ils soient. Leur talent est inné et leur inspiration, leur cadeau d’ancre ce monde.
    Ce poème est renversant….

  32. Romathier Micheline

    dit :

    C’est trop émouvant !

  33. ta maman

    dit :

    Me gusta.

  34. Marin

    dit :

    Clément, bien vu pour le (5) 5-7-5 qui rappelle l’haïku traditionnel ! Rien n’est anodin et dans le climat d’orientalisme des XVIII et XIXème siècles. C’est probablement voulu (notez « la splendeur orientale » explicitement).

  35. ryan

    dit :

    Ce poème est dans spleen et ideal, dans les fleures du mal ! Demain matin j’ai mon oral blanc, et il fait partie de mon descriptif !

  36. Clément

    dit :

    Pouvez-vous m’aider ? En effet le poème est écrit en vers, j’ai compté le nombre de syllabe et cela fait une forme suivante: 5-5-7 ne ressemblerait-il pas a un haïku revisité a la manière de Baudelaire? S’il vous plaît répondez-moi je voudrais élucider cette question. Et pour finir, j’adore ce poème.

  37. aya

    dit :

    Beau poème

  38. Lol

    dit :

    C’est quoi les 5 sens et il se melange a quoi?

  39. taj

    dit :

    Quelle belle métaphore filée du rêve mélangée aux voyages de la femme avec un peu d’érotisme sans trop déborder – aimer et être aimé.

  40. Othman

    dit :

    À Lauren : 19ème siècle

  41. Lauren

    dit :

    Quelqu’un peut me dire de quelle année ou quel siècle est ce poème svp ?

  42. Dior

    dit :

    Super beau poème ! J’adore !

  43. Christophe

    dit :

    Pour répondre à la question sur l’utilisation du terme « ma sœur  » dans le poème cela n’a pas de connotation incestueuse mais est à comprendre comme mon double, mon miroir, mon âme soeur.
    C’est une expression utilisée au 19ème à la période romantique. A retrouver aussi à la fin du poème « À celle qui est trop gaie » qui n’est pas sur ce site je pense.

  44. Je veux écrire un message

    dit :

    Je trouve ce poème très beau et très sentimentale

  45. blaire

    dit :

    il est magnifique, je le kiff 🙂 😉

  46. MouMou

    dit :

    Excellent ce poême, je kiffe !

  47. aby

    dit :

    Magnifique…

  48. jan vandeputte

    dit :

    Quelqu’un peut m’expliquer pourquoi il appelle sa bien-aimée « sa soeur »? Qu’il l’appelle « son enfant », j’arrive à accepter l’idée qu’il serait amoureux d’une femme beaucoup plus jeune que lui. Il se pourrait donc qu’il veuille donc partager son expérience avec elle. Il arrive en effet qu’une jeune femme tombe amoureuse d’un vieux schnock… Mais qu’un homme amoureux appelle sa bien-aimée « sa soeur »…brrr
    A moins que, bien sûr, « L’invitation » ne soit pas un simple poême d’amour, mais un texte qui est rédigé par un poète expérimenté et qui s’adresse à l’âme soeur… Et là, tout devient clair. L’Invitation tout comme L’Albatros nous parlent de la poésie et du poète.

  49. le cancre

    dit :

    c’est trop nul

  50. Hamza Abbou

    dit :

    Oc’est très jolie ce poème, ça me fait me rappeler de mon cher professeur Nourddine Bendriss.

  51. Benjamin

    dit :

    je l’est appris en Cm2 il je le reapprends en 5ème je l’adore

  52. helena

    dit :

    ouah! *_*

  53. gilbert

    dit :

    O franchement c’est trop cool frero moi je dis continue Baudelaire ça fera du bien je te le dit!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *