Catrina

Didier Venturini

la robe fendue
sur une cuisse mince
la jambe tendue
pour quelque prince

mais souviens toi
que tu mourras
quand dans mes bras
tu renaitras

regarde beau gosse
ce cheval sombre
ce ciel de noce
au d’ssus des tombes

dia de los muertos

viens dans ma danse
joyeux mortel
suis la cadence
du grand sommeil

sur cet autel
où tu m’honores
soyons fidèles
même dans la mort

je suis défunte
déjà squelette
pour quelques feintes
rire des défaites

un beau chapeau
venu de France
couvre mes os
de sa clémence

buvons encore
à nos santés
le pain des morts
est bien doré

Didier Venturini, Memento mori, 2017

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *