Matin

Kamal Zerdoumi

Sur le rebord de ma fenêtre
l’oeil aux aguets
vient boire l’âme
au coeur d’oiseau
Son chant
en quête de lui-même
se glisse dans mon oreille
y verse la candeur
du réveil

Je suis à Casablanca
ma ville ma mère
les yeux renaissant au matin
sur tes genoux d’embruns
et de souvenirs rides

Kamal Zerdoumi

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *