Oiseau de nuit

Villebramar

à M…
San Sebastian

«le chat rêve et ronronne dans la lutherie brune ; il scrute le fond de l’ébène»
André Breton, Femme et oiseau

Ta main, oiseau de nuit, immobile
entre deux collines

de toi, j’apprends
une géographie singulière

du plaisir

Dans ton sommeil, oiseau de nuit
il y a une vallée
qui s’écarte

sombre et humide
sombre et humide
sombre et humide, oiseau de nuit,
immobile

entre deux collines

oiseau de nuit
apprends-moi à poser ma main
là où tes veines sont plus bleues
ta peau plus douce

où nous veillons, oiseau de nuit
où la vallée s’écarte
une fontaine attend ma soif

apprends-moi
à aimer ma soif

main, oiseau de nuit
collines, oiseau de nuit
plaisir, oiseau de nuit
sommeil, oiseau de nuit

une vallée s’écarte

ma main
où sont tes veines bleues

Villebramar, 2017

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *