Poème sans passé

Villebramar

à San Sebastian, notre ville d’une nuit
à Biarritz
à notre océan
à toi, qui te reconnaîtras

« le vent se lève, il faut tenter de vivre »
Paul Valéry

séparations, notre quotidien
avec le riz amer* du bonheur

sur la sente océane
le ressac sonne nos retrouvailles
rencontre improbable
de l’eau et du feu

séparations

sous l’ombre des chênes
vois jaunir les fougères où nous ouvrions des traces,
blessures
refermées aussitôt qu’ouvertes
ouvre ta porte, aimée,
là-bas, nous attend

une nuit de mille sommeils

Note de lecture :
* riz amer : film néoréaliste italien, 1949

Villebramar, 2017

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *