L’intrus

Kieran Wall

Un homme se déplace
Dans la rue devant moi
Et je vois de ma place
Ce qu’il cache de moi.
Ceci n’est pas son monde
Et c’est par contre choix
Que d’un devoir immonde
Ce « chez lui » lui échoit.
Sa tenue élégante
Est du plus bel effet
Comme la main qu’il gante
En un geste parfait.
Flottant dans son sillage
L’air d’agrumes épais
Vante de son village
Et la brume et la paix.

Kieran Wall, Poésies, 2012

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *