Artémis

Gérard de Nerval

La Treizième revient… C’est encor la première;
Et c’est toujours la seule, ou c’est le seul moment;
Car es-tu reine, ô toi ! la première ou dernière ?
Es-tu roi, toi le seul ou le dernier amant ?…

Aimez qui vous aima du berceau dans la bière ;
Celle que j’aimai seul m’aime encor tendrement :
C’est la mort, ou la morte… O délice ! ô tourment !
La rose qu’elle tient, c’est la Rose trémière.

Sainte Napolitaine aux mains pleines de feux,
Rose au coeur violet, fleur de sainte Gudule :
As-tu trouvé ta croix dans le désert des cieux ?

Roses blanches, tombez ! vous insultez nos dieux,
Tombez, fantômes blancs, de votre ciel qui brûle :
– La sainte de l’abîme est plus sainte à mes yeux !

Gérard de Nerval

Imprimer ce poème

3 commentaires sur “Artémis”

  1. Bertrand Rondeau de la Barelle Fontainebleau

    dit :

    Ce poème est une véritable douceur pour notre pensée et notre coeur, dans ce monde décadant mené par la téléréalité. Il est bon, chaleureux et agréable de pouvoir se retrouver dans une communauté si soudée et fervante de belles lettres, afin de se nourrir l’esprit de connaissances que, seuls les poètes sont aptes à nous transmettre.

  2. gogo

    dit :

    très beau poème!

  3. Charles

    dit :

    Magnifiquement magnifique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *