Prismes

Kieran Wall

Multiples, aux facettes désenchantées,
Mes amours affichaient le turbulent
Mimétisme de blessures plantées
En moi ; fractal de tropes quérulents.

Dès le moment où tu fus dans ma vie,
Mes amours apprirent le singulier,
Avec pour seule visée, seule envie,
D’incarner pour toi l’amour régulier.

Dès lors je fuyais les filles flirtantes,
Les battements de leurs cils tapageurs ;
Leurs envies de moi, soudain insultantes,

Me faisaient t’aimer d’un amour vengeur :
Une vengeance toute magnifique
Pour une destinée des plus tragiques.

Kieran Wall

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *