À Ninon

Alfred de Musset

Si je vous le disais pourtant, que je vous aime,
Qui sait, brune aux yeux bleus, ce que vous en diriez ?
L’amour, vous le savez, cause une peine extrême ;
C’est un mal sans pitié que vous plaignez vous-même ;
Peut-être cependant que vous m’en puniriez.

Si je vous le disais, que six mois de silence
Cachent de longs tourments et des voeux insensés :
Ninon, vous êtes fine, et votre insouciance
Se plaît, comme une fée, à deviner d’avance ;
Vous me répondriez peut-être : Je le sais.

Si je vous le disais, qu’une douce folie
A fait de moi votre ombre, et m’attache à vos pas :
Un petit air de doute et de mélancolie,
Vous le savez, Ninon, vous rend bien plus jolie ;
Peut-être diriez-vous que vous n’y croyez pas.

Si je vous le disais, que j’emporte dans l’âme
Jusques aux moindres mots de nos propos du soir :
Un regard offensé, vous le savez, madame,
Change deux yeux d’azur en deux éclairs de flamme ;
Vous me défendriez peut-être de vous voir.

Si je vous le disais, que chaque nuit je veille,
Que chaque jour je pleure et je prie à genoux ;
Ninon, quand vous riez, vous savez qu’une abeille
Prendrait pour une fleur votre bouche vermeille ;
Si je vous le disais, peut-être en ririez-vous.

Mais vous ne saurez rien. – Je viens, sans rien en dire,
M’asseoir sous votre lampe et causer avec vous ;
Votre voix, je l’entends ; votre air, je le respire ;
Et vous pouvez douter, deviner et sourire,
Vos yeux ne verront pas de quoi m’être moins doux.

Je récolte en secret des fleurs mystérieuses :
Le soir, derrière vous, j’écoute au piano
Chanter sur le clavier vos mains harmonieuses,
Et, dans les tourbillons de nos valses joyeuses,
Je vous sens, dans mes bras, plier comme un roseau.

La nuit, quand de si loin le monde nous sépare,
Quand je rentre chez moi pour tirer mes verrous,
De mille souvenirs en jaloux je m’empare ;
Et là, seul devant Dieu, plein d’une joie avare,
J’ouvre, comme un trésor, mon cœur tout plein de vous.

J’aime, et je sais répondre avec indifférence ;
J’aime, et rien ne le dit ; j’aime, et seul je le sais ;
Et mon secret m’est cher, et chère ma souffrance ;
Et j’ai fait le serment d’aimer sans espérance,
Mais non pas sans bonheur ; – je vous vois, c’est assez.

Non, je n’étais pas né pour ce bonheur suprême,
De mourir dans vos bras et de vivre à vos pieds.
Tout me le prouve, hélas ! jusqu’à ma douleur même…
Si je vous le disais pourtant, que je vous aime,
Qui sait, brune aux yeux bleus, ce que vous en diriez ?

Alfred de Musset

Imprimer ce poème

15 commentaires sur “À Ninon”

  1. nini06

    dit :

    Je m’ appelle Ninon et je trouve que ce poème est très jolie et que si vous connaissez une fille qui s’ appelle Ninon faites lui lire car il est très émouvant.

  2. CHRISTIAN

    dit :

    La force de l’amour silencieux, plus puissante qu’un poison.

  3. soyez indulgents

    dit :

    La vie est trop courte pour ne pas oser dire à une personne que nous l’aimons profondément car il n’est pas impossible que nos sentiments ne soient pas payés, en retour, de réciprocité.

  4. Philokas

    dit :

    Si mes desires pouvaient etre l’ombre de ma vie, alors je rencontrerai un bonheur fatal. Alfred, je te rend hommage, non pas parce que tu n’as pas pu aimer dans l’amour tant recherché, mais plutôt parce que tu as su nous démontrer sur mille couleurs, combien est si fort d’aimer une personne et combien est si intense de vivre l’ombre de son amour, merci à toi. Je te garde indélébilement dans mon coeur

  5. ann

    dit :

    Pauvre Alfred, mort à 46ans après avoir chercher en vain le pur amour s’entichant de George Sand et des amies de ses amis trainant son coeur inconstant de comédiennes en actrices… pauvre Alfred qui se consola avec l’alcool mais nous laissa « On ne badine pas avec l’amour ». Merci à toi d’avoir essayé d’aimer.

  6. Don Kiki

    dit :

    Quel magnifique poème que celui là, pétri d’une poésie vraie qui coule comme une source vive et nous inonde de sentiments exquis. Cela me rappelle un vers du poète guadeloupéen Sony RUPAIRE: « Et j’ai fait voeu de t’aimer moins un autre jour après ma mort! »

  7. Jacques

    dit :

    Ce poeme est à mes yeux ce que le silence est à Dieu . Quelle divine inspiration! quelle femme pouvait elle etre Ninon! Aimé ensecret cacher ce resens en soi, c’est l’amour le plus cruel qui soit.

  8. Juliette

    dit :

    Et pourtant… pas un jour, pas une nuit, sans qu’elle ne pense à lui !

  9. Douce Bamba

    dit :

    « Nous sommes nous même victimes de nos propres turpitudes à rechercher des amours inedits! » Ces paroles reflète cet extrême et inlassable besoin de l’homme à vouloir rechercher la femme de son souvenir… à se retrouver piéger et prisonnier de sa propre imagination ! Une souffrance qui dure hélas toute la vie… et pourtant, l’imagination reste notre seul force, l’épée de l’âme du mousquetaire qui ne se fourvoie jamais!

  10. Doublevéé

    dit :

    Contrairement au suputations qui peuvent naîtrent, je dirais plutot comme Musset que  » l’amour vous le savez cause une peine extreme c’est un mal sans pitié que vous en craigner vous même! Ici, Ninon est dans son droit absolu celui de mettre fin ou pas aux souffrances du mousquetaire. Mais helas elle ne peut lire dans l’âme du souffrant. Nous sommes nous même victimes de nos propres turpitudes à rechercher des amours inedits!?

  11. Ninon

    dit :

    Wouah Magnifique ! Je suis très heureuse de m’appeler Ninon !

  12. DeLestrange

    dit :

    Magnifique, merveilleux poème. C’est ce que je ressentais exactement, mot pour mot, il y a de cela un an.
    J’aimais en secret une brune aux yeux bleus, très proche à mon coeur et à ma vie.
    Cela me fait monter les larmes aux yeux, car cette souffrance est bien réelle.

  13. Pierre Pero

    dit :

    Le silence est un language, certe.
    C’est aussi une arme qui peut tuer. Pauvre monsieur.
    Je suis très touché et ça interpelle!
    10/10.

  14. Antigone

    dit :

    Il est absolument incroyable. Il me laisse toujours un sourire ému aux lèvres, et je compte l’apprendre pour le garder très fort en mémoire…

  15. Za Flyman

    dit :

    Ce poeme est à mes yeux ce que le silence est à Dieu . Quelle divine inspiration! quelle femme pouvait elle etre Ninon! Aimé ensecret cacher ce resens en soi, c’est l’amour le plus cruel qui soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *