Sale type

Jules Delavigne

Le long le fleuve
d’une jeunesse perdue
engloutie dans la boue
jusqu’aux hanches
de journées remplies de sens

Ce n’est qu’avec toi,
sale type, poussière de charbon,
que j’ai aperçu
la lampe d’un autre tunnel.
L’or noir du temps qui file,
le temps immobile

Mangeur de pierres,
tombé d’une falaise lointaine
ton cri, on l’entend d’ici
ton cri nous assaillit
de coups de vérité

Jules Delavigne, 2007

Imprimer ce poème

2 commentaires sur “Sale type”

  1. ninice

    dit :

    J’aime vraiment ce poème aussi. Je pense qu’il met en avant l’émancipation des jeunes, face aux nouvelles expériences avec « Ce n’est qu’avec toi, sale type, poussière de charbon, que j’ai aperçu la lampe d’un autre tunnel. » L’autre tunnel s’agit sans doute d’un autre monde, d’un autre univers, dans lequel les jeunes se permettent d’exaucer leurs noir désirs… Le titre du poème « sale type » relate à mon avis, l’alter-ego de l’auteur ou, une nouvelle fréquentation qu’il a pu faire.

  2. Bison43

    dit :

    J’aime les sonorités de ce texte, mais je dois avouer que je n’ai pas totalement compris le sens ! Si quelqu’un pourrait m’expliquer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *