Rouge sang

Ethan Street

Hypnose du passé
assoiffé de mélancolie
Puise sur ce bras bléssé
Le souvenir de ma folie

Des lymbes tristes et obscures
Une silhouhette d’antan ressurgit
En moi cette peur qu’elle procure
Tantôt s’en va ou réagit

Ces feux de jadis si convulsifs
Quel bonheur de les subir
Jusqu’au moment ou mon canif
Se plantera pour m’éstourbir

Ethan Street, 2008

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *