Rondel à ma pipe

Emile Nelligan

Devant un bock, ma bonne pipe,
Selon notre amical principe
Rêvons à deux, ce soir d’hiver.

Puisque le ciel me prend en grippe
(N’ai-je pourtant assez souffert ?)
les pieds sur les chenets, ma pipe.

Preste, la mort que j’anticipe
Va me tirer de cet enfer
Pour celui du vieux Lucifer;
Soit ! nous fumerons chez ce type,

Les pieds sur des chenets de fer.

Emile Nelligan, Les Pieds sur les Chenets

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Rondel à ma pipe”

  1. pk lenom

    dit :

    Bien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *