Promenade

Alfred de Musset

Dans ces bois qu’un nuage dore,
Que l’ombre est lente à s’endormir !
Ce n’est pas le soir, c’est l’aurore,
Qui gaîment nous semble s’enfuir ;
Car nous savons qu’elle va revenir. —
Ainsi, laissant l’espoir éclore,
Meurt doucement le souvenir.

1856

Alfred de Musset, Oeuvres posthumes, 1888

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.